Clicky

Ouf, le porno sera autorisé sur le casque Oculus Rift

Oculus VR va commercialiser son premier casque à réalité virtuelle l’année prochaine, durant le premier trimestre 2016. Il nécessitera une configuration musclée et il ne sera malheureusement compatible ni avec OS X, ni avec Linux. Pas terrible, certes, mais rassurez-vous tout de même car la société a fait le choix de ne pas interdire la pornographie. Nous voilà sauvés.

Le principe de réalité virtuelle a été évoqué pour la première fois par Platon avec le mythe de la caverne mais il aura fallu attendre les années 30 pour que le concept commence à prendre corps. Il a ensuite été décliné à maintes reprise à la fin du vingtième siècle au travers de plusieurs livres et de plusieurs films.

Pornographie virtuelle Oculus Rift

L’Oculus Rift sera vraiment ouvert. Complètement ouvert même.

Dans le lot, on peut citer Tron (1982), WarGames (1983), Le Cobaye (1992) ou même The Ghost in the Machine (1993), mais également Matrix (1998), Ghost in the Shell (1995) ou même l’excellent eXistenZ (1999).

L’Oculus Rift reposera sur une plateforme totalement ouverte

Il y a un thème qui revient souvent dans ces oeuvres : la sexualité ou, pour être tout à fait honnête, la pornographie.

Surprenant ? Pas tant que ça, en réalité. Peu de gens parviennent à laisser libre cours à leurs fantasmes et ils vivent par conséquent enchainés à leurs désirs et à leurs pulsions. Les convenances, la morale, peuvent engendrer une certaine insatisfaction et même dans certains cas une véritable frustration.

Dans ce contexte, les univers virtuels peuvent avoir un rôle libérateur. Et c’est assez logique puisqu’ils n’existent pas vraiment. Et s’ils n’existent pas, alors cela veut dire que tout ce qu’on fait là bas n’existe pas non plus.

Jusqu’à présent, ce n’était bien sûr que de la théorie car la réalité virtuelle tenait plus de la science-fiction que de la vraie science. Toutefois, les choses ont beaucoup changé ces dernières années et nous sommes actuellement à un tournant de notre histoire. Dans quelques mois, chacun aura la possibilité de s’immerger dans ces univers et cela soulève évidemment de nombreuses questions.

A quelques mois du lancement de son casque, Oculus VR a donc tenu à apporter quelques précisions concernant sa plateforme. Son fondateur a profité d’une entrevue menée par le magazine Variety pour indiquer qu’il n’était pas question de contrôler les applications présentes sur le casque.

Pas le moins du monde, même, et cela vaut aussi pour les simulateurs érotiques. Il faut d’ailleurs souligner que plusieurs entreprises comptent s’engouffrer dans la brèche. C’est notamment le cas de Veiviev, de VRsexlab ou même d’Oculus Real Porn.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.