Clicky

Oumuamua : l’astéroïde interstellaire bientôt exploré ?

Oumuamua n’est pas un astéroïde comme les autres. Il provient en effet du milieu interstellaire et il est le premier corps de ce type détecté dans le système solaire. Certains chercheurs aimeraient donc pouvoir l’intercepter et l’explorer à l’aide d’une sonde.

La découverte remonte au mois d’octobre. En observant le système solaire, le télescope Pan-STARRS 1 installé à Hawaï a détecté un corps étrange se déplaçant à vive allure dans notre système.

Oumuamua

Intrigués, les astronomes ont immédiatement ouvert une enquête afin de déterminer sa nature exacte.

Oumuamua, un astéroïde unique en son genre

En étudiant son orbite, les chercheurs ont rapidement réalisé que le corps provenant de l’espace interstellaire et donc de l’extérieur du système solaire. Surpris, ils ont multiplié les études par la suite et ils ont fini par dresser le portrait-robot de cet étrange visiteur.

Oumuamua a une allure particulière et il se présente ainsi sous la forme d’un corps long et rocheux aux teintes rougeâtres. L’astéroïde est assez imposant et il mesure ainsi un peu plus de quatre cents mètres de longueur pour quarante mètres de large et il tourne sur son propre axe toutes les 7,3 heures.

L’Union Astronomique Internationale lui a donné le nom de A/2017 UI, mais les astronomes ont préféré le surnommer Oumuamua en hommage au nom hawaïen utilisé pour décrire un messager venant du passé lointain.

L’astéroïde ne fascine pas uniquement les astronomes, il est également très populaire chez les ufologues et certains d’entre eux se demandent ainsi si ce corps n’est pas en réalité une sonde extraterrestre. L’hypothèse en fera sans doute sourire plus d’un, mais le directeur du SETI a annoncé récemment son intention de mettre sur écoute le corps à l’aide de l’Alien Telescope Array.

En parallèle, de nombreux chercheurs préconisent d’envoyer une sonde dans sa direction afin de l’étudier. L’équipe du Lyra Project en fait partie et ces derniers ont publié en début de semaine une étude portant sur la faisabilité d’une telle mission.

Oumuamua, de par sa provenance, représente un intérêt scientifique évident et les chercheurs estiment ainsi que ce corps pourrait nous en apprendre davantage sur les systèmes stellaires et sur leur processus de formation.

Une mission extrêmement ambitieuse

La tâche s’annonce cependant ardue. L’astéroïde se déplace en effet à environ 26 km/s, soit à environ 95 000 km/h. En conséquence, il faudrait être en mesure de l’intercepter avant qu’il ne quitte notre système.

Seul problème, à l’heure actuelle, nos sondes ne sont pas aussi rapides et le record est ainsi détenu par Voyager 1 et ses 16,6 km/s. En outre, il faudrait être en mesure de freiner la sonde lors de son passage à proximité du corps afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires.

Pour ne rien arranger, Oumuamua est déjà en train de sortir du système solaire et il atteindra ainsi l’orbite de Saturne dans deux ans. Il faudrait donc lancer la mission le plus vite possible afin d’être en mesure de croiser le corps avant qu’il ne disparaisse.

Impossible ? Pas forcément. L’humanité se trouve actuellement à un tournant de son histoire en matière de conquête spatiale et plusieurs projets ambitieux sont bien engagés. Des projets comme le SLS de la NASA ou encore la Big Falcon Rocket de SpaceX. Grâce à ces appareils, il serait potentiellement possible d’être dans les temps et de lancer ainsi la mission avant la disparition de l’astéroïde.

En outre, cette mission est également dotée d’un fort potentiel. D’après les chercheurs, elle pourrait nous aider à nous dépasser et donc à étendre la limite de ce qui est technologiquement possible à l’heure actuelle.

Pour la petite histoire, cette étude a été réalisée par les membres de l’i4is et donc de l’Initiative pour les études interstellaires et elle est soutenue par Asteroid Initiatives LLC, une entreprise privée spécialisée dans la prospection d’astéroïdes.

Mots-clés astéroïdeespace

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.