Oumuamua ne serait finalement pas un artefact extraterrestre

Oumuamua a été placé sur écoute dans le cadre du Breakthrough Listen, mais les premiers résultats n’ont malheureusement pas donné grand-chose et le corps reste ainsi désespérément silencieux.

Oumuamua a été découvert en octobre et il a fait couler beaucoup d’encre au fil de ces dernières semaines. Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant compte tenu de sa provenance. Contrairement à la plupart des astéroïdes se promenant autour de nous, ce corps provient d’un système extérieur au nôtre et il est le premier objet de ce type détecté par nos instruments.

Oumuamua

Plus étonnant, en l’étudiant de près, les agences spatiales ont réalisé que le corps ne se trouvait pas sous l’influence gravitationnelle de notre étoile.

Oumuamua, un astéroïde venu de loin

Par la suite, la NASA a réussi à obtenir une image de l’objet, un objet ressemblant vaguement à un cigare.

Oumuamua s’est ensuite retrouvé au cœur de nombreuses discussions. Lui, ou plutôt sa véritable nature. Plusieurs chercheurs ont en effet émis l’hypothèse que l’objet pouvait être de nature artificielle.

Pour s’en assurer, la Breakthrough Initiative a tout simplement pointé un de ses télescopes sur le corps afin de le mettre sur écoute, à la recherche d’une hypothétique activité radio. Pendant un peu plus de dix heures, les chercheurs ont ainsi lancé une analyse portant sur les bandes comprises entre 1 et 12 GHz.

Sans succès malheureusement. À l’heure actuelle, les scientifiques n’ont pas détecté la moindre activité radio et Oumuamua est donc resté totalement muet.

Un astéroïde ou une sonde extraterrestre ?

Tout n’est pas perdu cependant. Les chercheurs comptent en effet poursuivre leurs observations et l’analyse de l’objet n’est pas encore totalement terminée. Dans les semaines à venir, les scientifiques en charge du projet comptent ainsi approfondir leurs analyses afin de récolter le plus de données possible sur le corps.

Le plus difficile ne sera d’ailleurs pas d’obtenir ces données, mais de les traiter et de les analyser. Cette étape risque en effet d’être assez longue en dépit du supercalculateur utilisé dans le cadre du Breakthrough Listen.

Fait intéressant en revanche, les membres de l’organisation ne comptent pas conserver ces données pour eux seuls et ils les mettront ainsi à disposition du public afin que chacun puisse apporter son aide.