Oumuamua serait bien une comète finalement

Oumuamua est apparu sur nos radars à la fin de l’année 2017 et, très vite, il s’est retrouvé au centre de toutes les attentions. Logique, puisque derrière ce nom se cache en réalité le tout premier visiteur extrasolaire connu.

Mais l’objet astronomique avait également surpris la communauté scientifique en raison de sa forme. Contrairement à la plupart des astéroïdes, il ne se présentait effectivement pas sous une forme sphérique, mais comme un long cigare, un cigare se déplaçant en outre à 20km/s.

Oumuamua

Oumuamua s’est très vite retrouvé au cœur de nombreuses théories, des théories allant du simple astéroïde… à la sonde ou au vaisseau extraterrestre.

Oumuamua, une énigme astronomique

Une thèse encore en vogue aujourd’hui dans certaines sphères, en dépit du fait que les écoutes menées par le SETI n’aient rien donné.

Car en effet, la véritable nature de cet objet continue de susciter de vifs débats dans la communauté scientifique. Et ce n’est visiblement pas sur le point de changer puisqu’une nouvelle étude a été menée par une équipe composée de scientifiques de l’Université de Yale et de l’Institut de Technologie de Californie.

L’étude en question n’a pas porté sur l’étrange forme de Oumuamua ou même sur sa provenance exacte, mais plutôt sur la brusque accélération repérée par nos instruments.

Les chercheurs de l’équipe ont en effet tenté de déterminer les causes probables de cette mystérieuse accélération. Leur étude laisse ainsi entendre que cette dernière aurait été provoquée par de puissants jets de vapeur d’eau en provenance du corps.

D’après eux, Oumuamua serait en effet composé de plusieurs poches de glace situées sous sa surface et ces dernières auraient été réchauffées par la chaleur émise par notre étoile. Suffisamment en tout cas pour permettre à l’eau de se transformer en gaz et pour provoquer cette brusque accélération.

Une simple comète ?

Pour appuyer leur thèse, les chercheurs évoquent notamment les différences entre les astéroïdes et les comètes. Si les premiers se contentent de suivre une trajectoire définie par les lois de la gravitation, les secondes sont un peu moins prévisibles puisqu’une autre variable vient s’ajouter à l’équation : la pression de rayonnement, aussi connue comme la pression radiative.

Or d’après eux, les caractéristiques de la trajectoire empruntées par Oumuamua semblent se rapprocher de celle des comètes.

Cette thèse ne fait cependant pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique.

Abraham Loeb, l’un des astronomes qui pensent que Oumuamua pourrait (notez le conditionnel) être un objet artificiel extraterrestre, estime en effet que cette étude est dans l’erreur dans ce sens où le corps ne ressemble pas du tout aux comètes présentes dans notre système.

Après tout, contrairement à toutes les comètes connues, l’objet astronomique n’a pas de queue.

Il est cependant peu probable que nous parvenions à faire toute la lumière sur ce corps. A l’heure actuelle, Oumuamua a en effet dépassé l’orbite de Saturne et aucune de nos sondes n’est suffisamment rapide pour le rattraper.

Mots-clés astronomieoumuamua