Quand OVH ferme la porte aux moteurs de recherche…

La nouvelle commence à faire le tour de la blogosphère, mais c’est assez important pour le relayer. Depuis le début du mois, OVH a claqué la porte au nez des moteurs de recherche. Leur robot ne parviennent plus à inspecter les sites hébergés en mutualisés et cela commence à bien faire. D’autant plus que l’hébergeur français reste complètement muet. Oui, comme d’habitude…

Quand OVH claque la porte au nez des moteurs de recherche

Il y a des jours comme ça… Où l’on ferait mieux de rester tout au fond de son lit, sous sa couette. Mon sang n’a fait qu’un tour et je me suis jeté sur mon Google Webmaster Tools pour y voir un peu plus clair. Comme mes camarades, le résultat n’est pas vraiment flatteur pour OVH : le robot de Google ne parvient plus à inspecter mes foutues pages. Le bon côté des choses, c’est que je comprends maintenant pourquoi mes VU ont baissé et plafonnent désormais à 3.000 / 3.500 par jour.

Alors bon, je ne suis pas blogueur professionnel, je tiens la Fredzone par plaisir et ce n’est pas dramatique pour moi. Mais je pense quand même aux mecs qui en vivent et qui doivent du coup faire face à une baisse de leurs revenus. Moins de visiteurs, c’est aussi moins de revenus adSense, il ne faut pas l’oublier.

Et encore, si OVH était capable de communiquer efficacement et d’informer les webmestres des sites concernés, cela pourrait passer mais ce n’est pas du tout le cas. Visiblement, ils sont même incapables de répondre à nos questions et se cantonnent à un « C’est pas nous » des plus irritants. En même temps, cela ne me surprend vraiment pas, à chaque fois que j’ai rencontré des problèmes avec la Fredzone, leur réponse a toujours été la même.

En bref, je l’ai mauvaise, surtout que je viens tout juste de reconduire mon abonnement pour un an. Quelque chose me dit que l’année prochaine, j’irai peut-être voir ailleurs.

Note : Ce problème concerne essentiellement les hébergements mutualisés et surtout les 90Plan…

Edit : Apparemment, le problème a été corrigé, et pour de bon. Il n’empêche qu’un peu plus de communication n’aurait pas fait de mal.