Par deux fois, Facebook aurait cherché à racheter Snapchat… sans succès

D’après une enquête du Wall Street Journal publiée dimanche, et relayée ce lundi 24 décembre par Business Insider, Snapchat aurait refusé par deux fois les avances de Facebook qui cherchait à en faire l’acquisition. Une première offre officieuse du réseau social de Mark Zuckerberg aurait ainsi été formulée en 2013, pour un montant estimé par le média à 3 milliards de dollars ; tandis qu’une seconde approche aurait eu lieu courant 2016, moins d’un an avant l’entée en bourse de Snapchat, précise Business Insider.

Selon le WSJ, cette seconde approche a été menée conjointement par Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg (COO de Facebook). Le patron de du réseau social aurait dans un premier temps contacté directement Evan Spiegel (le CEO de Snapchat) pour discuter de l’éventualité d’un rachat de sa plateforme, spécialisée dans partage de photos et de vidéos. Par la suite, Sheryl Sandberg se serait attachée à mesurer le niveau d’intérêt des différents membres du conseil d’administration de Snapchat à l’idée d’une possible acquisition.

Snapchat aurait, à deux reprises, refusé les avances de la firme de Mark Zuckerberg. Une première fois en 2013, une seconde courant 2016, alors que la plateforme préparait son entrée en bourse.

C’est du moins ce qu’avance la source proche d’Evan Spiegel, contactée par le Wall Street Journal. Cette dernière précise toutefois qu’aucune offre formelle n’a été formulée par Facebook en 2016 et que le prix exact de ce potentiel rachat n’a jamais été clairement évoqué. On apprend par ailleurs que le CEO de Snapchat, alors âgé de 26 ans, ne regretterait en aucun cas que ces approches n’aient pas été suivies d’un rachat acté. Pourtant, deux ans plus tard, la position de Snapchat sur le marché semble moins solide que par le passé.

Snapchat : une plateforme en récente perte de vitesse

Comme le souligne le média new-yorkais, la situation de Snapchat est effectivement moins prometteuse qu’il y a deux ans. Toujours très populaire chez les jeunes de moins de 25 ans, notamment, Snapchat n’en a pas moins subi quelques revers ces deux dernières années. En 2017, son changement d’interface avait par exemple été largement critiqué par les habitués du service, forçant les dirigeants de la plateforme à mettre de l’eau dans leur vin.

Une affaire qui a contribué à ralentir la croissance économique de Snap.inc (la maison mère de Snapchat), mais aussi à pousser vers le départ certains responsables de premier ordre du groupe, tandis que le nombre d’utilisateurs de Snapchat est en baisse quasi constante depuis plusieurs mois. Dans son enquête, le WSJ parle ainsi d’utilisateurs qui quitteraient la plateforme par millions.

Lors de son entrée en bourse, en mars 2017, Snapchat était valorisé à hauteur de 25 milliards de dollars. Aujourd’hui, cette estimation de la valeur boursière de l’entreprise se stabilise à « seulement » 6,5 milliards de dollars.

Contacté par Business Insider, Facebook n’a pas souhaité faire de commentaires au sujet des approches décrites par le WSJ dans son enquête. Snapchat, également approché par le média, n’a pas encore donné suite à ses sollicitations.

Mots-clés facebooksnapchat