Clicky

Google et Hachette marchent main dans la main

Google veut sauver le monde, on le sait bien. Et afin de protéger l’accès à la culture, la firme a signé un protocole d’accord avec le groupe Hachette afin de numériser les oeuvres qui ne sont plus disponibles commercialement. Entendez par là celles qui sont totalement épuisées. Bientôt, on pourra donc trouver plein d’oeuvres d’auteurs morts sur le futur nouveau service du géant américain, à savoir Google Editions.

Et attention, les filles, parce qu’il va y avoir du business. Si une copie de ces oeuvres sera mise à la disposition de la Bibliothèque Nationale de France, les internautes pourront quant à eux passer à la caisse pour lire ou imprimer tous ces livres qui ont sombré dans l’oubli. Le plus drôle, bien entendu, c’est que Google et Hachette se cache derrière l’étincelant étendard de la culture pour justifier leur partenariat et ne cessent d’expliquer au monde entier combien ils sont merveilleux et à quel point ils se battent pour le bien commun. Le plus drôle, bien sûr, c’est qu’un éditeur qui édite pour la première fois un livre doit de toute façon en filer une copie à la BNF. Et oui, même que ça s’appelle le dépot légal et que ça existe juste depuis François 1er (merci à ma femme, moi je l’avais zappé).

Loin de moi l’idée de leur cracher dessus, bien entendu, ou de laisser mon pessimisme prendre le dessus. Mais quand on souhaite se battre pour la culture pour tous, on ne cherche généralement pas à la monétiser.

Via (Crédits Photo)