Il n’y aura pas de Samsung Galaxy S5 Premium

Le Samsung Galaxy S5 Premium n’existe pas et il ne verra jamais le jour. Jamais. JAMAIS ! Et tant pis pour tous ceux qui l’attendaient de pieds fermes et qui avaient même contracté quelques crédits Sofinco pour l’acquérir. J. K. Shin en personne a ainsi profité d’une entrevue menée par un quotidien coréen pour balayer du plat de la main toutes les rumeurs de ces dernières semaines. Si vous voulez acheter un S5, il faudra donc vous contenter du modèle dévoilé par la firme lors du dernier Mobile World Congress.

Je pense qu’un rapide rappel des faits s’impose. Le Galaxy S5, comme tous les smartphones positionnés sur le haut de gamme, a cristallisé un certain nombre de rumeurs dans les semaines qui ont précédé l’annonce de son constructeur. Beaucoup de choses ont été dites à son sujet et, dans le lot, il était question qu’il soit décliné en deux versions : une standard, et une premium.

Pas de Samsung Galaxy S5 Premium

Vous attendiez le lancement du Samsung Galaxy S5 Premium pour casser votre tire-lire ? Dommage pour vous.

Le Galaxy S5 Premium était censé aller beaucoup plus loin que son acolyte en embarquant un écran capable d’afficher une définition de type 2K, tout en misant sur une belle coque métallique. Et attention, car tous les sites spécialisés croyaient dur comme faire à son existence.

J. K. Shin a cependant tenu à nous remettre les idées en place. Il a ainsi profité d’une entrevue menée par un quotidien coréen pour démentir formellement l’existence du Galaxy S5 Premium. Selon lui, il n’existe rien de tel dans les laboratoires de son équipe et il ne faut donc pas s’attendre à une annonce allant dans cette direction. Dur à avaler, bien sûr, mais l’homme a tout de même tenu à nous rassurer en indiquant qu’il faudra compter avec un autre terminal positionné sur le haut de gamme pour la rentrée prochaine. Un terminal qui n’est autre que le Galaxy Note 4.

Ouf, nous voilà sauvés.

Du coup, vous allez vous rabattre sur le Galaxy S5, ou passer chez la concurrence ?

Sources : 1, 2