Payname : le paiement facile et légal entre particuliers

En ces temps de crise, beaucoup de gens essayent de monétiser leurs compétences afin de mettre un peu de beurre dans les épinards. Qu’il s’agisse de donner des cours en informatique, de promener le chien du voisin ou même de lui tondre la pelouse, les services à domicile marchent plutôt fort. Certes, mais tout n’est pas rose pour autant. Non, car la France est finalement le royaume de la paperasse. Payer, c’est une chose, mais remplir des dizaines et des dizaines de formulaires pour des sommes dérisoires, c’en est une autre. Oui et l’objectif de Payname, c’est justement de nous faciliter la vie !

L’homme de l’ombre, celui qui a imaginé, conçu et développé Payname, n’est pas un anonyme. Certains d’entre vous le connaissent peut-être déjà puisqu’il s’agit d’un certain Eric Charpentier, ce même Eric Charpentier qui est à l’origine d’un autre service qui marchait plutôt bien, à savoir dWého. Et autant dire que ça me fait un petit truc au fond des tripes puisque ce service a justement été évoqué dans l’un des tous premiers articles de la Fredzone. Yep et à l’époque, j’avais effectivement tendance à insérer des liens un peu partout.

Payname : le paiement facile et légal entre particuliers

Donc Eric et moi, on se « connaît » depuis cinq ans. Ce qui fait de nous un vieux couple. Et forcément, lorsqu’il m’a envoyé un mail pour me parler de son nouveau service, j’ai tout de suite eu envie d’en savoir plus. Et vous voulez savoir ? Payname est sans aucun doute l’un des services les plus prometteurs du moment. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il répond à une problématique simple, tout simplement parce que cet outil va être utile à beaucoup, vraiment beaucoup, de monde.

Payname, le paiement facile entre particuliers

D’entrée de jeu, Payname se présente comme une plateforme de paiement. Tout comme Paypal, le service va donc nous permettre de payer d’autres particuliers et même de toucher de l’argent. Le tout grâce aux pseudos. Le mieux reste d’ailleurs à venir puisqu’il sera prochainement possible de passer des paiements à des gens ne disposant pas d’un compte sur le service. En gros, ces derniers recevront un ticket spécifique avec un code et il leur suffira alors de créer un compte sur la plateforme pour toucher la somme associée.

Payname, la paperasse simplifiée

Comme mentionné un peu plus haut, le gros problème des paiements entre particuliers, c’est toute la paperasse qu’ils génèrent. Entre les cotisations sociales, la déclaration et tout le reste, on comprend évidemment pourquoi les particuliers ne déclarent pas toujours ces échanges. Certes, le statut de l’auto-entrepreneur a considérablement assaini la situation, mais tout le monde n’a pas forcément envie de créer une société pour pouvoir payer sa nourrice ou son jardinier. Or justement, l’un des points forts de Payname, c’est qu’il va s’occuper de tout à votre place. Il va ainsi calculer automatiquement le coût du service en intégrant les cotisations sociales. Mieux, il ira même jusqu’à envoyer toute la paperasse aux organismes sociaux, vous n’aurez donc pas grand chose à faire de votre côté.

Payname, pour payer moins d’impôts

A l’heure où les impôts augmentent à une vitesse folle, il peut être intéressant de s’appuyer sur des solutions pratiques et légales pour faire baisser la douloureuse. Et parmi ces solutions, on trouve justement les services à la personne. Comment ça marche ? En fait, c’est assez simple puisque pour certains services, on peut récupérer une déduction ou un crédit d’impôt dont le montant est égal à 50% de la somme investie. Concrètement, si vous me payez 500€ pour vous chanter des berceuses au téléphone, vous pourrrez déduire 250€ de vos impôts. En calculant bien, ça permet de ne pas être trop pris à la gorge. Payname s’appuie évidemment sur cette astuce fiscale et l’outil va donc afficher le montant de la réduction d’impôt de tous les services que vous achèterez. Il vous suffira ensuite de reporter tout le bazar habituel sur votre déclaration de revenus.

Payname, un système de parrainage pour gagner de l’argent

Payname, comme beaucoup de services aujourd’hui, intègre également un chouette système de parrainage, un système qui récompense à la fois les parrains et les filleuls. Du coup, si vous saisissez le nom de votre parrain au moment de l’inscription au service, vous toucherez tous les deux 7€. Une somme que vous pourrez ensuite réinvestir comme bon vous semble. Intéressant, non ?

Payname, les évolutions à venir

Outre le système de paiement qui profitera bientôt de fonctionnalités supplémentaires, Eric a prévu pas mal de choses dont une déclinaison de son service sur les principales plateformes mobiles du marché. Des applications qui vous permettront donc de payer (ou de toucher de l’argent) sans avoir à vous coller sur l’ordinateur. Avec tout ça, on se dit évidemment que Payname ne peut que marcher. Et si vous avez envie d’arrondir vos fins de mois en toute légalité, vous feriez d’ailleurs bien de vous y coller.



Frédéric Pereira est l'auteur de cet article

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Facebook : des élèves exclus pour avoir insulté leurs enseignants

    Mark Zuckerberg ne fait plus partie des 10 Geeks les plus riches au monde

    Sale semaine pour Mark Zuckerberg. Entre cette histoire de clics frauduleux et le passage de l’action Facebook sous la barre symbolique des 20 $ (contre 38 $ au moment de son introduction en bourse), on peut dire que ces derniers jours n’ont pas été faciles pour lui. Oui et aujourd’hui, c’est un peu l’apothéose puisque nous venons tout juste d’apprendre que Mark ne fait plus partie des 10 Geeks les plus riches au monde. Tout ça parce qu’il a perdu quelque chose comme 423 millions de dollars en 24 heures. Ce sont des choses qui…

  • DVD Dead Drop : un graveur dans un mur à New York

    DVD Dead Drop : un graveur dans un mur à New York

    L’art et l’informatique peuvent faire bon ménage et les « dead drops » en sont un très bon exemple. Le mouvement n’est d’ailleurs pas nouveau, il a commencé à se faire connaître en 2010 et ce n’était apparemment pas une simple mode. Preuve en est, Aram Bartholl, artiste vivant à New-York, a décidé de monter une opération assez intéressante et consistant tout simplement à placer un graveur de DVD dans un mur. D’où le terme de « DVD Dead Drop »… Plutôt inattendu, c’est un fait, et vous allez justement pouvoir découvrir la vidéo du montage dans la suite…

  • 259$ pour la Little Printer, qui dit mieux ?

    259$ pour la Little Printer, qui dit mieux ?

    Vous vous souvenez peut-être de la Little Printer, une drôle de petite imprimante thermique dont nous avions parlé l’année dernière et qui visait essentiellement à nous permettre d’imprimer des tickets, des notes, des brèves ou même des sudokus. Une imprimante assez rigolote avec son look décalé, mais dont nous n’avions plus entendu parler depuis. Plusieurs mois après l’annonce officielle, son constructeur a finalement bien travaillé et il est donc possible de pré-commander la Little Printer dès à présent. Une bonne nouvelle, bien sûr, mais tout n’est pas rose pour autant puisqu’il faudra débourser 259 dollars…


  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -