Pedro Gonzales ou la véritable histoire de la Belle et la Bête

L’hypertrichose (scientifiquement connu sous le nom d’hypertrichosislanuginosa), est une maladie congénitale très rare. Il s’agit d’un développement anormal et important du système pileux chez l’homme. Pedro Gonzalesou Petrus Gonsalvusest le premier homme connu ayant souffert de cette maladie. L’historien Roberto Zapperi, dans son livre intitulé « The Gentleman Savage Tenerife », raconte la vie de ce personnage rarissime.

Arrivé à Paris, Don Pedro, descendant d’un roi de Guanche, a suscité la curiosité. Selon Zapperi, « son apparence inhabituelle, sa pilosité, a suscité la curiosité de certains princes ». Son corps était recouvert de cheveux, longs d’environ neuf centimètres. Seul son visage était épargné et on pouvait apprécier pleinement ses traits.

Pedro Gonzales

Né vers 1535 à Tenerife dans les îles Canaries, Pedro a été envoyé comme cadeau au gouverneur des Pays-Bas, l’empereur Charles V à l’âge de dix ans. Cependant, des corsaires français l’ont capturé au cours du trajet et l’ont offert au roi de France Henri II.

Un conte inspiré d’une histoire vraie

Après la mort de Henri II lors d’un tournoi, le sort de Pedro Gonzalez dépendait de la reine Catherine de Médicis, qui a décidé de le marier. Sous l’ordre de la reine, Catherine Raffelin, une jeune fille parisienne d’une grande beauté s’est trouvée obligée d’accepter. Puisqu’ils ne se sont rencontrés que le jour du mariage, la jeune fille a été terriblement horrifiée en le voyant pour la première fois.

Néanmoins, le couple a eu six enfants appelés Madeleine, Henry, Françoise, Antonietta, Horacio et Ercole. Quatre parmi eux ont hérité de la maladie de son père. Ce mariage arrangé par la reine entre Petrus Gonsalve et la belle Catherine a certainement inspiré le conte de « La Belle et la Bête ». Cette histoire qui s’est déroulée vers la fin du seizième siècle et au début du dix-septième siècle aurait en effet attiré l’attention de Gabrielle-Suzanne Barbot de Villeneuve, l’auteure du conte.

Un “monstre” intelligent et bien instruit

Sous la protection du roi, malgré ses caractéristiques particulières, Pedro Gonzales a reçu une excellente éducation des précepteurs royaux comme Pierre Danes, Jacques Amyot et Robert Estienne. Ayant remarqué son intelligence, le roi a fait de son mieux pour le « civiliser » en lui inculquant des coutumes sociales raffinées. Plus tard, le « sauvage du Roi » est devenu l’un des intellectuels les plus fréquentés de Paris.

La mort de Catherine de Médicis en 1589 a fait tomber la famille en disgrâce à la cour de France. Toutefois, ses membres sont admis à la cour des Farnèse sous la protection de Marguerite d’Autriche, gouverneur de la Flandre et duchesse de Parme. Don Pedro y mourut vers seize cent dix-huit à l’âge de quatre-vingts ans.

Une série de quatre tableaux qui le représentent avec ses enfants sont exposés dans la chambre d’art et cabinet de curiosités du château d’Ambras. Elle fait partie d’une collection créée par Ferdinand II d’Autriche.

Crédits Image

Mots-clés histoireinsolite