Perpignan : 10 et 11 ans de réclusion pour les auteurs du viol diffusé sur Snapchat

En 2016, deux hommes, l’un de 25 ans et l’autre de 21 ans, avaient été arrêtés à Perpignan pour avoir violé une jeune femme tout en diffusant leur crime en direct sur Snapchat. Les deux hommes ont été poursuivis pour « viol en réunion », « renseignement sur l’identité d’une victime » et « atteinte à l’intimité ».

Déférés devant la cour d’assises de Perpignan, leur procès a débuté le jeudi 13 décembre 2018. Il est maintenant terminé et on connait les sentences des deux hommes !

Prison Facebook

Une triste affaire de viol diffusé en live sur Snapchat

L’histoire est pour le moins insolite, car ce n’est pas tous les jours qu’on voit quelqu’un commettre un crime et diffuser au même moment son crime en direct sur les réseaux sociaux. Pourtant c’est bien ce qui s’est passé à Perpignan en janvier 2016 lorsque deux hommes se sont filmés en direct sur Snapchat en train de violer une jeune femme de 19 ans.

Ce jour-là vers 4h du matin, plusieurs témoins qui étaient connectés sur Snapchat ont appelé la police de Perpignan pour les prévenir qu’un viol avait lieu en direct sur le réseau social.

Les policiers sont parvenus à repérer le lieu de l’agression grâce aux vidéos, et aux environs de 6h du matin, ils ont pu procéder à l’arrestation des violeurs dans le quartier Serrat d’En Vaquer, à Perpignan.

Lorsque la police est arrivée sur le lieu de l’agression, les deux hommes étaient encore en train de faire subir un calvaire à la jeune fille de 19 ans qui était totalement inerte. Elle avait consommé beaucoup d’alcool et du viagra en poudre. La jeune fille a été rapidement conduite à l’hôpital et la police a placé les deux hommes en garde à vue.

Jugement et verdict des deux agresseurs

Le procès des deux hommes a débuté le jeudi 13 décembre 2018, et le lundi 17 décembre au soir la cour d’assises de Perpignan a rendu son verdict : les deux hommes écopent de 10 et 11 ans de réclusion criminelle.

Le tribunal les a également condamnés à 25 000 euros de préjudice moral.

Mots-clés snapchat