Phil Spencer (Xbox) pas fan des exclusivités VR

Utilisateur de la VR au travers de plusieurs propositions, Phil Spencer regrette toutefois que les développeurs soient quelque peu contraints de signer des exclusivités pour disposer des fonds nécessaires à la réalisation d’un titre en réalité virtuelle. Voilà pourquoi le chef de la division Xbox chez Microsoft affiche une intention d’ouverture à ce niveau alors qu’il est acquis que la Xbox Scorpio supportera cette manière de jouer.

Là où, pour des softs plus traditionnels dans leur exécution, des accords d’exclusivité sont signés pour permettre à tel constructeur de personnaliser son offre logicielle et au développeur de s’assurer une rentrée d’argent, quelle que soit la réception dudit jeu, dans le cas de la VR, ces contrats visent notamment à ce que le titre voie tout simplement le jour.

Pour Phil Spencer, cette démarche n’apparaît pas des plus saines dans un objectif de faire des ventes, comme il l’a expliqué auprès de Gamasutra : « Je vais essayer d’être aussi ouvert que possible, assurément sur les plates-formes que nous soutenons. Parce que je pense qu’à l’heure actuelle, si vous êtes un développeur, vous cherchez de l’oxygène pour vendre votre jeu. Et de devoir choisir aussi tôt un gagnant dans la VR me semble un chemin peu propice à ce que ce segment décolle vraiment, selon moi. »

La VR sera supportée par la Xbox Scorpio, affirme Spencer

Et la tête de la marque Xbox de préciser son point de vue sur la question : « Nous sommes également en train de discuter avec des gens qui font des jeux VR aujourd’hui sans être liés par un contrat d’exclusivité, et qui disent ‘Hé, je veux pouvoir vous soutenir avec le travail que nous accomplissons sur Windows’. Alors si vous voulez sortir vos trucs ici, venez donc, ce n’est pas comme si le fait de vendre votre jeu autre part vous interdisait de le faire également ici. Nous voulons simplement que des gens qui sont en train de faire des choses en VR puissent avoir des personnes pour s’y essayer. Windows est pour nous l’écosystème le plus facile pour démarrer, c’est pour ça que vous avez entendu jusqu’ici que nos plans vis-à-vis de la VR concernent davantage Windows. »

À la lecture de ces déclarations, ce n’est vraisemblablement pas sur le choix des jeux que Microsoft tentera de marquer sa différence dans le domaine de la VR par rapport à la concurrence, notamment celle de Sony. Mais si la puissance de la Scorpio peut offrir des expériences VR se rapprochant visuellement de ce qu’il est déjà possible d’obtenir pour des jeux dits « classiques », cela signifie-t-il que l’on va se retrouver avec des titres n’exploitant pas le plein potentiel de la machine, ou bien qui ne pourront être pratiqués ailleurs autrement qu’en vendant un rein ? Comment je me suis sapé mon enthousiasme d’un coup d’un seul, moi.