Philae est de nouveau sorti de son silence

Philae est de nouveau sorti de son silence le 10 juillet dernier. Il a même communiqué pendant près de douze minutes avec la sonde Rosetta, pour le plus grand bonheur des ingénieurs du Cnes. Il s’agit effectivement d’une bonne nouvelle, d’autant que le robot a connu un début de mission particulièrement difficile.

Cette mission a commencé en mars 2004. C’est effectivement à cette date que le voyage du petit robot et de sa sonde ont commencé. Ils ont mis un peu plus de dix années à atteindre leur destination, soit la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

Philae

Philae a repris le contact avec Rosetta jeudi dernier !

S’ils ont tous les deux été envoyés là bas, c’est pour analyser la composition du noyau de la comète et donc pour nous permettre d’en apprendre un peu plus sur sa nature et sur ses origines.

Des débuts difficiles pour Philae

Tout ne s’est malheureusement pas passé comme prévu. Philae était censé déployer deux harpons durant son atterrissage pour s’ancrer fermement au sol mais la procédure a échoué et le robot a ainsi rebondi deux fois à la surface de la comète, pour se retrouver à plus d’un kilomètre du site initial.

Exactement comme une pierre ricochant à la surface de l’eau, en somme.

Mais le véritable problème, c’est que le robot se trouve dans une zone très escarpée et… à l’ombre d’un rocher. Ses panneaux solaires sont donc masqués par la pierre et c’est précisément ce qui a poussé le robot à entrer en hibernation en novembre 2014.

Rosetta a essayé d’entrer en communication avec Philae à deux reprises au début de l’année, et plus précisément en mars et en avril. La sonde n’est malheureusement pas parvenue à ses fins, les batteries du robot n’étant pas assez rechargées.

Philae est sorti d’hibernation le 13 juin

Les équipes de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) ont fait une nouvelle tentative en juin. Cette fois, l’opération s’est bien déroulée et le robot est sorti de sa torpeur pendant quelques minutes, avant de retomber dans le silence.

Le dernier contact a eu lieu jeudi dernier et il a duré bien plus longtemps que les autres. Philae est ainsi resté stable pendant un peu plus de douze minutes et il a même eu le temps d’envoyer des données à l’agence.

Et maintenant ? Philae va continuer son périple et il devrait même arriver à son périhélie (point le plus proche du soleil) entre le 12 et le 13 août prochain. Les scientifiques en charge du projet espèrent qu’il pourra charger ses batteries à bloc à cette date et poursuivre ses analyses.

On termine avec une vidéo mise en ligne par l’AFP. Elle résume bien l’histoire du petit robot et de sa sonde et elle vous permettra de visualiser plus facilement ce qui s’est passé durant ces derniers mois.

Via – Crédits Photo