Clicky

Planet Nine : son secret se cacherait-il dans les tapisseries médiévales ?

Depuis 2014, la communauté scientifique débat de l’existence de Planet Nine (planète Neuf), dont nous avons déjà parlé dans de nombreux articles. Elle serait la neuvième planète de notre système solaire, bien que personne n’ait réussi à prouver son existence à ce jour.

Alors que les scientifiques continuent de chercher la mystérieuse Planet Nine dans l’espace, deux chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast, en Irlande du Nord, ont décidé de chercher des indices dans des tapisseries médiévales.

Planet Nine

Pourquoi utiliser la tapisserie médiévale pour chercher la Planet Nine ?

Marilina Cesario, une médiévaliste, et Pedro Lacerda, un astronome, tous deux de l’Université Queen’s de Belfast, ont fait équipe pour utiliser des tapisseries et des rouleaux du Moyen Âge pour tenter de prouver l’existence de Planet Nine. Ils croient que les Anglo-Saxons auraient pu découvrir la planète et enregistrer leurs découvertes dans des tapisseries.

« En nous appuyant sur les rapports d’observation de comètes dans les écrits en vieil anglais, latin, vieux irlandais et russe, nous espérons démontrer que les individus du début du Moyen Âge ont réellement enregistré de vraies observations galactiques, reflétant leur enthousiasme pour la cosmologie et la compréhension du ciel », a déclaré Cesario.

Planet Nine était-elle plus visible au Moyen Âge ?

Les historiens savent que les gens du Moyen Âge étaient fascinés par les cieux. Les tapisseries de l’époque avaient des dates et des heures, ce qui peut être très utile aux scientifiques aujourd’hui. « Nous pouvons prendre les orbites des comètes actuellement connues et utiliser un ordinateur pour calculer les moments où ces comètes seraient visibles dans le ciel au Moyen Âge », a déclaré Lacerda.

« La précision des temps dépend de si nos simulations informatiques incluent Planet Nine ou non. Ainsi, en termes simples, nous pouvons utiliser les observations de comète médiévale pour vérifier quelles simulations informatiques sont les plus correctes : celles qui incluent Planet Nine ou celles qui ne le font pas. », dit-il.

Lacerda et Cesario viennent juste d’inaugurer une exposition au Ulster Museum de Belfast intitulée « Marvelling at the skies: Comets Through the Eyes of the Anglo-Saxons » (S’émerveiller du ciel : les comètes à travers les yeux des Anglo-Saxons). L’exposition combine des images modernes de comètes prises par des scientifiques avec des tapisseries du Moyen Age.