Planet Nine, une planète presque impossible à observer ?

Planet Nine fascine les mordus d’astronomie depuis plusieurs années maintenant, mais personne n’a encore été en mesure de l’observer. Et si l’on en croit Kevin Luhman, un astronome travaillant pour la Pennsylvania State University, alors nous ne sommes pas près de le faire.

Planet Nine a commencé à faire parler d’elle en 2015 lorsque Michael Brown et Konstantin Batygin ont relevé des anomalies situées au niveau de l’orbite de plusieurs objets transneptuniens.

Planet Nine

En les analysant, les deux astronomes ont en effet réalisé que ces derniers étaient influencés par l’affluence gravitationnelle d’un autre corps.

Planet Nine, une énigme astronomique à part entière

Ils ont bien entendu commencé par penser que le Soleil était responsable. Toutefois, en poussant plus loin leurs calculs, les deux scientifiques ont réalisé que c’était tout bonnement impossible compte tenu de l’éloignement de ces objets par rapport à notre étoile.

Brown et Batygin ont alors formulé une autre théorie en s’appuyant cette fois sur l’existence possible d’une planète dont la masse serait vingt fois supérieure à celle de notre propre monde. Une planète située aux confins du système solaire.

Depuis, les études se sont succédé à un rythme soutenu. Certaines vont dans le sens des deux astronomes, mais pas toutes.

Pour prouver l’existence de Planet Nine, la seule solution consiste à l’observer directement. La tâche s’annonce cependant ardue si l’on en croit les conclusions rendues par Kevin Luhman.

Ce n’est pas une révélation, mais plus une planète est éloignée de son étoile et moins elle semble lumineuse. En supposant que les calculs de Brown et Batygin sont corrects, alors Planet Nine devrait suivre une orbite elliptique des centaines ou des milliers de fois plus éloignée que celle de la Terre.

Une planète presque impossible à observer ?

Et tout le problème est là. Les planètes deux fois plus éloignées que notre monde semblent en effet 16 fois moins lumineuses et l’intensité de la lumière solaire diminue d’un facteur de quatre et de quatre fois ensuite.

En supposant que Planet Nine se trouve à une distance de 600 unités astronomiques de notre étoile, alors elle devrait être 160 000 fois plus sombre que la planète Neptune. C’est en tout cas le calcul effectué par l’astronome de la Pennsylvania State University.

Alors bien sûr, à l’heure actuelle, nous disposons d’instruments très précis, des instruments capables de voir très loin. Toutefois, rien ne dit que cette neuvième planète se trouve dans une zone visible de notre système.

En fait, elle pourrait très bien se trouver dans une zone sombre située dans l’extrême périphérie de notre système et elle deviendrait de ce fait presque impossible à observer.

Gilbert Holder, un cosmologiste travaillant pour l’Université de l’Illinois, n’est cependant pas tout à fait du même avis. Selon le Washington Post, le chercheur pense en effet que certains télescope millimétriques actuels sont suffisamment sensibles pour repérer Planet Nine. Toutefois, ces derniers ne sont pas orientés dans la bonne direction.

Mots-clés astronomieespace