Playboy a supprimé ses pages Facebook

Playboy n’a visiblement pas apprécié la polémique autour de Facebook. Le célèbre magazine vient en effet d’annoncer la désactivation ses comptes et ses pages. Et devinez quoi ? Cette décision est visiblement une source de soulagement pour son équipe.

Facebook fait beaucoup parler de lui depuis la semaine dernière, et pas franchement en bien. Une enquête menée par le Guardian a en effet révélé qu’une entreprise britannique avait utilisé un outil afin de recueillir et d’exploiter les données personnelles de plusieurs millions d’utilisateurs.

Sextoii

Ces informations, nos confrères les tiennent d’une source interne et plus précisément de Christopher Wyllis, l’ancien directeur de recherche de l’entreprise incriminée, Cambridge Analytica.

Facebook dans la tourmente

Suite à ces révélations, l’homme a donné plusieurs entretiens à des médias spécialisés européens et il a alors affirmé que son ancienne société avait utilisé ces données pour influencer le référendum concernant le Brexit et pousser ainsi le Royaume-Uni à sortir de l’Europe.

Par la suite, il a aussi fait état de relations étroites entre Steve Bannon, l’ancien conseiller spécial de Donald Trump et Cambridge Analytica, laissant ainsi entendre que ces données avaient aussi été utilisées pour influencer le cours des dernières élections présidentielles américaines.

Comme si ce n’était pas suffisant, par la suite, des curieux ont entrepris de fouiller dans les données conservées par Facebook et ils ont alors réalisé que des données très confidentielles comme leurs SMS figuraient dans leur archive personnelle.

Facebook se retrouve donc en mauvaise posture, d’autant que ces diverses révélations ont donné vie à un mouvement porté par de nombreux internautes, un mouvement visant tout simplement à pousser le maximum de personne à désactiver leur compte sur le service : #DeleteFacebook.

Playboy va quitter Facebook

Playboy semble avoir pris cette question très au sérieux puisque l’entreprise a fait savoir par le biais d’un communiqué de presse qu’elle avait l’intention de désactiver très prochainement ses comptes et ses pages.

Relativement court, le communiqué n’est pas tendre pour le géant des réseaux sociaux. L’entreprise commence en effet par s’en prendre aux conditions d’utilisation du service, des conditions qui l’ont souvent poussé à s’auto-censurer pour ne pas s’attirer les foudres de ses modérateurs.

Il continue ensuite en revenant sur l’affaire Cambridge Analytica et en indiquant que l’entreprise ne souhaite pas être complice de la mauvaise gestion des données utilisateurs du géant des réseaux sociaux .

Pour terminer, Playboy rappelle que le magazine a toujours été synonyme de liberté personnelle et de célébration du sexe. Pour l’entreprise, la décision de désactiver ses comptes s’imposait donc d’elle-même.

Mots-clés facebookweb