Plombier numérique ?

Ce matin-là, j’étais tranquillement partie faire mes courses au LIDL du coin lorsque je suis tombé sur une étrange conversation entre deux habitantes de ma commune. Ces dernières avait en effet érigé une barricade de caddies et interdisaient à quiconque de passer aux fruits et légumes. Dans ce contexte, je me suis trouvé bien malgré moi obligé de suivre leur conversation et je dois dire que cela valait son pesant d’or.

La première annonçait en effet à son amie, avec une mine défaite que son jeune dernier, Charles-Augustin ou quelque chose dans le genre, avait décidé d’embrasser une carrière de plombier. Évidemment, elle ne comprenait pas pourquoi, dans la mesure où elle avait tout fait pour le propulser dans les hautes sphères de notre beau pays. Son amie, elle, hochait la tête d’un air grave histoire de donner le change.

Jusque là, rien d’anormal… Beaucoup de bellifontains (ndr : les habitants de Fontainebleau s’appellent comme ça, je n’y peux rien) ont une haute estime d’eux-mêmes. Très guindés, certains d’entre eux pensent même valoir mieux que les autres et mener une vie d’exception. Tout ça parce qu’on a un château, hein… Donc je commençais à me demander s’il ne fallait pas que j’intervienne, du moins pour leur demander de se pousser un peu, lorsqu’elle a balancé le truc qui m’a donné envie de rédiger cet article :

« Plombier, cela ne mène à rien. Il aurait du devenir informaticien. »

Et là, la barre au ventre. Jusqu’à présent, je n’avais jamais entendu quelque chose d’aussi stupide. En fait si, mais ça fait toujours bien, dans un billet, de dire que c’est le pire truc qu’on a pu entendre dans notre longue et merveilleuse vie. Non parce que franchement, l’informatique est de moins en moins une science. Qu’on se le dise, les informaticiens seront bientôt des artisans, tout comme les plombiers, électriciens ou autres menuisiers. J’imagine que si certains ingénieurs en informatique me lisent, ils doivent commencer à serrer les dents. Dommage pour eux mais lorsqu’on y pense, c’est inévitable.

Pourquoi ? L’informatique est en passe de devenir un produit de consommation courant. Autrefois, les ordinateurs coûtaient chers et le web était réservé aux plus nantis (ou plus fous) d’entre nous. Or, ce qui est rare crée le respect, c’est en partie pour cette raison que les informaticiens étaient un peu perçus comme des gars étranges et qu’ils gagnaient plutôt bien leur vie. C’est qu’on en cherchait, à l’époque, des petits gars capables de comprendre le fonctionnement d’un ordinateur…

Maintenant, ce n’est plus le cas. Comme l’eau, comme l’électricité, l’informatique devient un produit courant, que l’on peut retrouver dans la plupart des chaumières. L’évolution étant ce qu’elle est, on ne se donnera bientôt plus la peine de demander aux gens s’ils ont un ordinateur ou s’ils possèdent un accès au web, ce sera installé d’office dans toutes les maisons et les appartements. D’ailleurs, je me souviens avoir lu, un jour, un article très intéressant consacré à la mort prochaine du web… Mais comme je ne l’ai pas noté, je ne peux pas vous filer le lien. Si vous l’avez lu, ce serait bien de me dire où je peux le trouver…

Et comme pour le plombier ou l’électricien, lorsque ces machines-là tomberont en panne, on appellera alors l’informaticien. Qui viendra chez vous avec sa salopette, ses tournevis et sa casquette réparer votre machine et mettre un peu d’ordre dans votre foutoir numérique. C’est inévitable et tant mieux : plus l’informatique se répandra, plus les gens auront accès à la création, à l’information et à ces outils fantastiques que nous utilisons, nous les Geeks, chaque jour.

Plombier numérique, une véritable vocation, non ?

Note : Et au passage, merci au plombier qui est passé chez moi hier colmater plusieurs fuites. D’ailleurs, c’est amusant, parce que je suis certain qu’il gagne beaucoup mieux sa vie que la plupart des ingénieurs que je connais…