Plus de détails sur Oak OS, le nouveau concurrent d’Android

Oak OS, le système d’exploitation de Huawei se dévoile un peu plus. L’occasion donc d’avoir une idée plus précise de ce que la firme chinoise compte faire avec cet OS qui est censé concurrencer Android.

Alors que la relation commerciale entre la Chine et les États-Unis est de plus en plus tendue, l’administration Trump s’apprête à faire entrer en vigueur un décret qui interdira aux entreprises américaines de traiter avec Huawei. Parmi les sociétés concernées, il est possible de citer Qualcomm, Intel ou encore Google. Pour ce qui est du numéro un mondial des moteurs de recherche, il a décidé de retirer la licence Android à son partenaire de longue date. Une décision qui a amené Huawei à accélérer le développement de son propre système d’exploitation.

Créditw Wiki

Aujourd’hui, grâce à de nouveaux rapports, nous en savons beaucoup plus sur celui-ci.

Comme le note Phonearena, un analyste a parlé un peu du projet du constructeur.

Hongmeng OS au lieu de Oak OS ou Ark OS ?

D’après ce site, il est possible que le système d’exploitation de Huawei soit finalement appelé Hongmeng OS, et ce, bien que la firme ait déposé un autre nom en Europe. Il semblerait effectivement que les noms Oak OS et Ark OS puissent à terme être laissés de côté. En tout cas, ce qui importe, ce n’est pas un tel élément, mais plutôt les performances et les fonctionnalités, sans oublier le volet sécurité.

À ce propos, l’OS de Huawei serait 60 % plus rapide que celui de Google.

Un chiffre qui est à prendre avec précaution dans la mesure où la version d’Android utilisée lors de la comparaison n’a pas été spécifiée. Et puisqu’on parle de test, sachez que Oak OS, ou encore Hongmeng OS, fonctionnerait déjà sur un million d’appareils utilisés non seulement par les employés de Huawei eux-mêmes, mais aussi par des personnes extérieures.

Vivo et Oppo se préparent-ils aussi au pire ?

En effet, il semblerait que des ingénieurs d’Oppo, de Vivo et de Tencent participent à la bêta. Est-ce que cela signifie que ces entreprises pourraient également perdre leurs licences Android ou s’agit-il tout simplement d’un geste ayant pour but de prêter main-forte à leur compatriote ?

En tout cas, compte tenu du caractère imprévisible de Donald Trump, les géants chinois de l’électronique et de l’informatique doivent désormais s’attendre à tout. En ce qui concerne la sortie de Hongmeng OS, un analyste de Tianfeng Securities estime qu’elle pourrait intervenir en octobre.

Mots-clés huawei