Plus de la moitié des Russes penseraient que l’Homme n’a jamais marché sur la Lune

Neil Armstrong et Edwin Aldrin ont atterri sur la Lune le 20 juillet 1969. Armstrong est ainsi devenu la première personne à marcher sur la surface du satellite terrestre. Toutefois, dans les années 70, une théorie du complot est née accusant le gouvernement américain d’avoir menti sur l’alunissage des deux hommes pour voler la victoire de la course lunaire à la Russie.

D’après un sondage réalisé par le Centre pan-russe de recherche sur l’opinion publique (VTsIOM), reçu par RBC, plus de la moitié des Russes (57%) ne croiraient pas que les astronautes américains de la NASA ont réellement planté le module Apollo 11 à la surface de la Lune en 1969.

Buzz Aldrin

Parmi ceux qui ont dit ne pas croire à la version de la NASA, 65% ont fait des études secondaires et 24% ont affirmé être sûrs de leur réponse. Notons qu’il s’agit ici d’un sondage, ainsi faut-il tenir compte d’une certaine marge d’erreur et de la subjectivité des participants… ou de l’organisme sondeur.

La théorie du canular lunaire

Bill Kaysing, en 1974, avait publié Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : l’escroquerie américaine à trente milliards de dollars.

La théorie du « canular lunaire » ou « moon hoax » a refait surface en 2001. Chez certains, le doute a été attisé par la diffusion d’un documentaire d’inspiration conspirationniste via la chaîne Fox TV. D’autres documentaires-choc ont suivi, comme “Conspiracy Theory: Did We Land on the Moon ?” sur Fox TV.

De nombreux arguments ont été avancés par les partisans de cette théorie, comme l’absence d’étoiles dans le ciel dans les images publiées par la NASA. Il y a également le fait que le drapeau américain flotte, alors que la Lune n’a pas d’atmosphère.

D’où viennent les poussières lunaires ?

De son côté, la NASA a commandé des livres qui réfutent point par point ces arguments. Les poussières lunaires ramenées par Armstrong constitueraient la preuve la plus formelle.

« Les échantillons lunaires sont absolument uniques, très différents des roches terrestres », a souligné David McKay, directeur de recherche au Johnson Space Center de la NASA. « En effet, ils sont criblés de petits cratères causés par des impacts de météorites. Cela ne peut arriver qu’à des pierres provenant d’une planète avec peu ou pas d’atmosphère, comme la Lune », a-t-il expliqué.

Il a rappelé que ces échantillons ont été examinés et certifiés par les scientifiques du monde entier, et non uniquement par ceux de l’Agence spatiale américaine.

Mots-clés espacelune