Le Fléau de Stephen King devrait avoir droit à plusieurs films

Stephen King est adulé par des millions de fans dans le monde et si tous ses livres ne sont pas aussi réussis, force est de constater qu’il compte de nombreuses oeuvres d’exception à son catalogue. Comme Shining, Ça ou même… Le Fléau. Oui et bien c’est précisément de ce dernier dont il s’agit à présent car il va faire l’objet d’une nouvelle adaptation au cinéma… Même que nous allons avoir droit à plusieurs films.

Mais avant d’aller un peu plus loin, on va commencer par se cultiver. Tout le monde ne le sait pas forcément mais la première édition du livre date de la fin des années 70. Le roi de l’horreur a cependant fait pression sur son éditeur au début des années 90 pour lancer une réédition de l’oeuvre, avec tous les passages qui avaient été supprimés par ses soins sur la première version du manuscrit.

Le Fléau Cinéma

Mon livre de chevet, tout simplement.

C’est toujours plus facile de négocier avec son éditeur quand on vend des millions de bouquins chaque année.

Le Fléau est déjà passé à la télévision… dans les années 90

Quoi qu’il en soit, cette réédition a rencontré tellement de succès que les libraires la vendent encore aujourd’hui et le plus beau, dans l’histoire, c’est qu’elle a même été adaptée à la télévision sous la forme d’une mini-série diffusée en 1994. Oui, et elle est pas mal du tout, d’ailleurs. Je l’ai même vu trois fois, pour tout vous dire.

Cela fait quelques années que la Warner et CBS Films travaillent sur une adaptation au cinéma et le projet a pas mal avancé apparemment. Toutefois, et si l’on en croit la dernière interview donnée par Stephen King himself à MTV, le réalisateur du film aurait beaucoup de mal à tout faire tenir en un seul film.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Tout simplement qu’il y a de grandes chances que Le Fléau soit adapté sous la forme de plusieurs films. Et si ce n’est pas une bonne nouvelle pour notre compte en banque, cela veut quand même dire que cette nouvelle adaptation risque de coller drôlement bien à l’oeuvre originale.

Et ça, c’est plutôt cool. D’ailleurs, si vous n’avez pas eu l’occasion de lire Le Fléau, je vous invite vigoureusement à rattraper votre retard. Il le mérite amplement parce que c’est lui qui a donné ses lettres de noblesse au genre post-apocalyptique.

Via