Clicky

Pluton pourrait être formé de plusieurs millions de comètes

Longtemps considérée comme une planète, Pluton s’avèrerait finalement être autre chose. Sa composition chimique est très différente des autres planètes. Elle ressemble plutôt à celle de Comet 67P / Churyumov-Gerasimenko. Les scientifiques de l’Institut de recherche du Sud-Ouest (SwRI) pensent que Pluton pourrait être formé de plusieurs comètes. Pour vérifier cette hypothèse, ils ont testé deux modèles : un modèle solaire et un modèle cométaire.

D’après les chercheurs, le modèle cométaire serait le plus plausible, car il pourrait expliquer la quantité manquante de monoxyde de carbone. En effet, l’atmosphère de Pluton est principalement constituée d’azote. L’atmosphère terrestre contient 78% d’azote, celle de Pluton en est composée de 98%.

Pluton

Les détails sur l’étude ont été publiés dans la revue Icarus. Le document est également accessible sur arXiv.

Une agglomération d’environ un milliard de comètes ?

« Nous avons développé ce que nous appelons le modèle cosmochimique  » de la comète géante  » de la formation de Pluton », a déclaré le géochimiste Christopher Glein de la Division des sciences et de l’ingénierie spatiales du SwRI.

Les scientifiques ont constaté que la quantité estimée d’azote à l’intérieur du glacier correspondait à celle qui serait attendue si Pluton était formée par « l’agglomération d’environ un milliard de comètes ou d’autres objets similaires ».

Cette recherche s’appuie sur les données obtenues grâce aux missions New Horizons et Rosetta dont l’objectif est d’élargir notre compréhension de l’origine et l’évolution de Pluton.

La chimie comme outil de détective

Dans le cas où le modèle cométaire est le bon, le monoxyde de carbone manquant pourrait alors est piégé et congelé sous la surface de Pluton. « Notre recherche suggère que la composition chimique initiale de Pluton, héritée des blocs de construction cométaires, a été chimiquement modifiée par l’eau liquide, peut-être même dans un océan souterrain », a déclaré le chercheur.

Jusqu’ici, il ne s’agit que d’une hypothèse qui conduirait nécessairement à « une appréciation de nombreuses questions subséquentes qui doivent être traitées ».

« En utilisant la chimie comme outil de détective, nous pouvons retracer certaines caractéristiques que nous voyons aujourd’hui sur Pluton dans des processus de formation depuis longtemps », a ajouté Glein.