Pluto’s Gate : retour sur la « porte des enfers » de Turquie

La porte de Pluton, ou Pluto’s Gate en anglais, a été découverte en 1965 par des archéologues italiens. Il s’agit d’une grotte qui a autrefois servi de ploutonion, un terme grec désignant un site religieux dédié au dieu Pluton (dans la mythologie grecque).

Le site se trouve dans l’ancienne ville de Hiérapolis, près de Pamukkale, dans la province moderne de Denizli, en Turquie. Dans la mythologie gréco-romaine, la Pluto’s Gate était aussi appelée la « porte des enfers » en raison de la vapeur toxique qui en émane.

Pluto's Gate

Histoire de la porte de Pluton

On ignore l’âge exact de la porte de Pluton, mais on sait que la ville voisine de Hiérapolis a été fondée vers 190 avant JC par le roi de Pergame, Eumène II. On retrouve toutefois des descriptions du site dans les écrits de plusieurs auteurs anciens, comme le géographe grec Strabon (64/63 avant JC à 24 après JC environ)  qui dit ceci à son sujet :

« Cet espace est rempli d’une vapeur si dense que l’on voit à peine le sol. Tout animal qui y pénètre meurt instantanément. J’y ai mis des moineaux, ils ont immédiatement cessé de respirer et sont tombés morts. »

La Pluto’s Gate est en fait une petite grotte, juste assez grande pour permettre à une seule personne à la fois d’y entrer. A l’intérieur se trouvent des escaliers qui descendent jusqu’à l’endroit d’où émerge un gaz carbonique suffocant causé par l’activité géologique souterraine. La grotte fait environ 3 mètres carrés, et derrière il y a une fissure profonde dans la roche qui laisse s’échapper une eau chaude dégageant un gaz odorant. Les gens croyaient que ce gaz mortel était envoyé par Pluton lui-même, dieu des enfers.

La destruction du site

Lorsqu’elle servait encore de site religieux, la « porte des enfers » était utilisée par les prêtres castrés de Cybèle, connus sous le nom de Galli, comme preuve de leur sainteté. En effet, ils étaient capables de pénétrer dans la grotte mortelle et ressortir vivant. En réalité, les prêtres savaient où se trouvaient les poches d’oxygène dans la grotte, ce qui leur évitait de respirer le dioxyde de carbone toxique.

Les preuves archéologiques laissent penser que la porte de Pluton est restée un site religieux jusqu’au 4ème siècle après JC, avant de devenir un simple lieu de curiosité pendant les deux siècles suivants. Le temple a ensuite été détruit par les chrétiens au 6ème siècle après JC, avant que des tremblements de terre ultérieurs ne viennent probablement l’endommager davantage.

Crédits Image

Mots-clés archéologie