PO53 : le nouveau médicament qui bloque la prise de poids

Des scientifiques ont réussi à développer un médicament qui empêche la prise de poids. Baptisé PO53, ce médicament est vu comme étant le Saint Graal de la médecine moderne étant donné qu’il réduirait non seulement les risques de maladie cardiaque, de diabète, de cancer, mais aussi de démence.

Le médicament, qui se présente sous forme d’une pilule, agit en bloquant la CerS1 ou céramide synthase 1, une protéine qui serait à l’origine de la prise de poids.

Obésité Infantile

PO53 a été conçu par des scientifiques australiens. Les chercheurs ont expérimenté le médicament sur une souris et ont, par la suite, constaté que le cobaye restait maigre même après l’avoir nourri d’aliments riches en graisse. Les experts espèrent arriver aux mêmes résultats avec les êtres humains.

Si c’est le cas, le domaine médical ferait une grande avancée dans la lutte contre l’obésité et les maladies qui y sont associées.

PO53 cible spécifiquement la CerS1

PO53 a été créé pour cibler spécifiquement la protéine CerS1. Les scientifiques pensent que cette dernière est la cause de la résistance des muscles, du foie et des graisses à l’insuline. Lors de l’expérimentation sur la souris, les chercheurs ont constaté qu’une fois cette protéine bloquée, les tissus adipeux de l’animal commençaient à se réduire.

Le professeur Nigel Turner de l’université de New South Wales, auteur de l’étude, a déclaré que le ciblage du CerS1 peut avoir des effets sensibilisateurs sur l’insuline plutôt que sur l’obésité. Comme l’obésité peut entraîner une panoplie de maladies telles que le cancer ou les maladies cardiovasculaires, toute nouvelle découverte de la médecine tendant à lutter contre ce facteur de risque a son importance.

Une découverte assez inattendue

Turner et son équipe ont déclaré qu’ils ne s’attendaient pas aux résultats de cette étude publiée dans Nature Communications. Le groupe a expliqué qu’il voulait trouver un moyen pour stopper la résistance à l’insuline qui provoque le diabète de type 2, principalement causé par une mauvaise nutrition.

C’est la première fois qu’un médicament cible directement la protéine responsable de la prise de poids sans affecter la résistance à l’insuline chez la souris tout en réduisant les graisses sur tout le corps. Cela représente une étape importante dans la compréhension et la prévention de plusieurs problèmes de santé liés au surpoids et à l’obésité.

Les scientifiques ont déclaré que ces résultats ouvraient une nouvelle voie dans le traitement de l’obésité. Cependant, d’autres expérimentations devront être menées avant de pouvoir autoriser la prise de ce médicament par les humains. De même, les découvertes effectuées n’ont pas encore été discutées dans la communauté scientifique. Les résultats de cette étude sont donc à prendre avec la plus extrême des prudences.

Mots-clés médecine