Pokémon Go : un groupe de hackers poursuivi par Niantic

Niantic ne plaisante visiblement pas avec la triche. Pour preuve, l’éditeur a déposé une plainte à l’encontre des membres de Global++. Il les accuse en effet d’avoir distribué sciemment des versions dérivées et non autorisées de Pokémon Go, le titre qu’on ne présente plus.

Lancé en juillet 2016, Pokémon Go a connu un succès immédiat. Très vite, le titre est en effet parvenu à fédérer une importante communauté autour de son univers et des milliers de personnes ont commencé à déambuler à travers leur ville à la recherche de Pokémons.

Triche Pokémon Go

Crédits Pixabay

Global++, de son côté, a très vite lancé sa propre version de Pokémon Go, une version sobrement baptisée PokéGo++.

Niantic a déposé plainte contre Global++

Assez différente de la version que vous connaissez, PokéGo++ comportait plusieurs tweaks spécifiques. Les possesseurs de l’application pouvaient notamment obtenir des informations sur la localisation des monstres rares, ou encore trafiquer leur position GPS pour se déplacer virtuellement de continent en continent et capturer ainsi les montres les plus exotiques.

Jusqu’ici, Global++ avait pu opérer sans souci, mais Niantic a finalement décidé de lâcher ses avocats sur les développeurs de cette version.

L’éditeur accuse ainsi les membres de Global++ d’avoir développé et distribué des versions illégales de Pokémon Go. Des versions enfreignant bien entendu la propriété intellectuelle de la société tout en dotant leurs utilisateurs d’avantages injustes.

Fait intéressant, la plainte a été déposée juste avant le lancement de la bêta de son prochain titre, Harry Potter Wizard Unite. Dans sa missive, l’éditeur explique d’ailleurs que le lancement de ce jeu est directement menacé par l’équipe de Global++.

En ligne de mire, PokéGo++

Il faut en effet rappeler que cette dernière ne compte pas uniquement PokéGo++ à son catalogue. Elle propose aussi une copie d’Ingress affublée des mêmes avantages et des mêmes tweaks. Dans ce contexte, il n’est pas idiot de penser que Global++ travaillait aussi sur une version « ++ » de Wizard Unite et on comprend donc ce qui a poussé Niantic à passer à l’offensive.

Global++, de son côté, n’a pas encore publié de communiqué officiel, mais l’équipe a tout de même fermé son site et suspendu ses serveurs Discord.

Il faut croire que la plainte déposée par Niantic a eu son effet… et ce même si de nombreuses copies de PokéGo++ circulent encore sur la toile et sur certains dépôts spécialisés.

Mots-clés nianticpokemon go