Pornhub de nouveau mêlé à une affaire de revenge porn

Pornhub se retrouve une nouvelle fois dans une situation très délicate. La BBC a en effet publié plus tôt dans la semaine un article qui ne va pas dans le sens des mesures prises par l’entreprise en matière de revenge porn. Une certaine Sophie a en effet eu la mauvaise surprise de découvrir plusieurs vidéos personnelles et intimes sur la plateforme.

L’affaire trouve ses origines quelques années en arrière. L’utilisatrice, dont l’identité a été volontairement cachée par nos confrères, était dans une relation stable depuis plusieurs années.

sexy

Crédits Pixabay

Elle ne s’est donc pas méfiée lorsque son petit ami lui a proposé de tourner plusieurs vidéos de ses ébats.

Pornhub a toujours un problème avec le revenge porn

La relation n’a malheureusement pas duré. Sophie et son petit ami se sont séparés et ils sont chacun passés à autre chose.

Toutefois, l’année dernière, alors qu’elle était en train de passer un moment en famille, notre infortunée amie a reçu une quantité d’appels et de messages venant de ses parents et de certaines personnes de son entourage proche.

La sœur de son partenaire venait de tomber sur des vidéos épicées la mettant en scène elle et son ancien petit ami. Des vidéos partagées sur l’un des plus gros sites pour adultes au monde, à savoir Pornhub.

Comme elle l’a indiqué à la BBC, Sophie s’est sentie à la fois trahie et blessée. Elle n’aurait en effet jamais imaginé voir ces vidéos rendues publiques. Encore moins sur un site tel que Pornhub.

Il y a pire cependant. En tout, la sœur de son partenaire n’a pas trouvé six vidéos sur la plateforme, mais plus d’une centaine de clips. La personne qui les a partagés a en effet pris le soin d’effectuer un montage et de diviser les six petits films amateurs en plusieurs dizaines de vidéos différentes.

Sophie a immédiatement contacté le site pour faire retirer ces contenus. En pure perte malheureusement. De sachant quoi faire d’autre, elle s’est ensuite rendue à la police pour expliquer toute l’affaire. Mais une fois de plus, personne n’a été en mesure de lui venir en aide.

La BBC a ensuite contacté Kate Isaacs, de l’association #NotYouPorn, pour lui rapporter toute l’histoire. D’après elle, l’histoire de Sophie ne serait pas la première du genre. Elle est même allée plus loin en expliquant que Pornhub tirait directement profit de ces contenus, par le biais de toutes les rubriques en lien avec le contenu amateur. Des rubriques qui attirent selon elles des millions de personnes à travers le monde et qui rapportent par extension beaucoup d’argent aux propriétaires du site.

Ces rubriques, comme toutes les autres, sont en effet monétisées par le biais du programme publicitaire de l’entreprise.

Des contenus difficiles à repérer

Du côté de Pornhub, on condamne bien entendu tous les contenus de ce type. Corey Priice  s’est à plusieurs reprises dit conscient du problème et il a également expliqué de nombreuses fois que le revenge porn n’avait pas la place sur son site. Il encourage d’ailleurs tous ses utilisateurs à signaler ce genre de vidéos dès leur mise en ligne.

Reste que si Pornhub ne cesse de condamner ces contenus, cela n’empêche pas les internautes de continuer à en partager. Cette histoire en est une nouvelle fois la preuve et elle signifie également que les mesures prises par l’entreprise ne sont pas suffisantes.

Ce qui n’a d’ailleurs rien de surprenant. Chaque jour, des centaines de clips sont en effet partagés par les utilisateurs du service et il proprement impossible de tous les contrôler. Ni par la voie manuelle, ni même par le truchement d’algorithmes. Faire la distinction entre du contenu amateur partagé volontairement par les parties prenantes et d’un revenge porn relève en effet de l’impossible.

Reste que pour Sophie, cette affaire a eu des répercussions importantes. Les clips ont en effet beaucoup tourné et tous les membres de son entourage en ont pris connaissance, avec tout ce que cela implique bien entendu.

Il faut rappeler que le revenge porn est loin d’être une pratique anodine.

Elle est même fermement condamnée par la plupart les états et nous en avons encore eu la preuve récemment aux États-Unis puisqu’une femme a obtenu 3,2 millions de dollars après avoir déposé une plainte contre son ancien petit ami. Il avait lui aussi divulgué des vidéos intimes personnelles en les partageant sur des plateformes spécialisées.