Pornhub pris pour cible par des manifestants

Pornhub, le géant canadien de la pornographie a récemment ouvert son premier magasin pop-up Store dans la ville de New York, dans le quartier de Soho. La boutique vend une ligne de vêtements et une gamme de sextoys. Celle-ci ne semble pourtant pas être la bienvenue sur les lieux. Les habitants du quartier, menés par l’auteure et leader féministe Gloria Steinem, ont manifesté contre la plateforme. Ils ont été soutenus par l’organisation New York (NOW-NY).

Les manifestants ont accusé Pornhub de vendre de la violence sexuelle. Ils ont évoqué une incitation à la maltraitance, à l’objectivation, à l’abus, au trafic et aux insultes raciales contre les femmes.

Les manifestants ont réclamé l’interdiction d’ouverture d’autres magasins similaires à New York. En tout cas, le contrat conclu par la firme avec les autorités de la ville s’étend sur un délai de deux ans. La fermeture n’aura donc pas lieu avant 2020.

« Un centre de violence »

« Cela normalise la violence et la dégradation des femmes et des filles », a déclaré Steinem. Elle estime que « Pornhub est un centre de violence, c’est un centre de danger pour les femmes. »

Pour sa part, Sonia Ossorio, président de l’Organisation nationale pour les femmes de New York (NOW-NY), a déclaré qu’ « au moment où nous commençons à démanteler la crainte de nombreuses victimes de violence sexuelle ont de parole, la dernière chose que notre société a besoin est une vitrine de magasin promotion de la violence contre les femmes ».

« Nous sommes en train de créer un précédent dangereux quand nous glorifions cette pop-ups, même si sur la surface, il semble inoffensif, pornhub et sites similaires enseignent les jeunes hommes que la violence qu’ils voient est normale et acceptés », a poursuivi la militante.

« La prochaine génération de prédateurs sexuels »

Auparavant, la plateforme avait déjà été accusée de diffusion illégale de pornographie. Sur le site, il y a des titres comme « Petite écolière… », « Hardcore Gangbang », « Femme mariée dégradée » ou « à peine légal ».

Gloria Steinem considère qu’à cause de ce genre de plateforme, la pornographie prend le dessus sur le sexe. Elle est persuadée que ces sites dictent les fantasmes de ceux qui visualisent les vidéos.

Taina Bien-Aimé, directrice générale de CATW, s’est également exprimée sur le sujet. « Pornhub prépare la prochaine génération de prédateurs sexuels », a-t-elle déclaré. « Si les New Yorkais veulent honorer le mouvement #MeToo et mettre fin à la violence sexuelle, nous devons établir des liens et arrêter d’intégrer le commerce du sexe », a-t-elle poursuivi.

Mots-clés pornhub