Clicky

Pour Bill Gates, la commande Ctrl-Alt-Suppr était une erreur

On connait tous la combinaison de touches Ctrl-Alt-Suppr. Cette commande magique – et assez peu instinctive, avouons-le – utilisée par tous les informaticiens en herbe pour débloquer presque à coup sûr leur bécane après un plantage logiciel, n’est pas le fruit d’une volonté de Microsoft et encore moins la résultante d’un quelconque désir de Bill Gates.

L’emblématique cofondateur de Microsoft a en effet eu l’occasion de s’exprimer à ce sujet lors d’une conférence organisée par Bloomberg. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser compte tenu de l’immense popularité de la commande, Bill Gates ne l’aime pas vraiment et explique pourquoi…

La commande Ctrl-Alt-Suppr arrive en top position parmi les regrets que le boss de Microsoft a vis à vis de Windows. Pour lui une seule touche aurait été mieux.

L’ancien patron de la firme de Redmond, désormais investi dans les actions caritatives au travers de la fondation Bill & Melinda Gates (créée et gérée de concert avec son épouse), a en effet expliqué que si la chose n’avait dépendue que de lui, la fameuse commande de déblocage se serait limitée à une seule touche et non à une pression sur trois boutons simultanément.

Ctrl-Alt-Suppr : une commande que l’on doit à l’opiniâtreté d’un designer de chez IBM

Bill Gates l’indique d’ailleurs très clairement : « Si je ne devais changer qu’une seule chose [à Windows], je ferais [de Ctrl-Alt-Suppr] une touche unique ». 

Un regret dont l’ex-taulier de Redmond fait souvent part à ses interlocuteurs.

Au cours d’une intervention auprès de l’Université d’Harvard en 2013, l’intéressé avait ainsi précisé que c’est un designer d’IBM qui l’avait alors empêché de faire ce qu’il voulait à l’origine : « Nous aurions pu n’avoir qu’un seul bouton. Mais le gars qui avait réalisé le design du clavier IBM ne voulait pas nous accorder une touche supplémentaire ».

Si le cofondateur de Microsoft était parvenu à ses fins à l’époque, nul doute que la commande aurait été plus accessible. Aurait-elle pour autant été aussi appréciée et utilisée ? Difficile à dire… Après tout on s’est tous déjà tous pris pour un pro de l’informatique en tapotant sur ces trois touches auprès d’un novice.

L’aspect vaguement caché de la célèbre commande de déblocage n’a-t-il pas contribué à son succès ? La question mérite d’être posée.

Crédit illustration

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.