Pour le président de Huawei, l’un des derniers tweets de Trump sur la 5G était « clair et honnête »

Le plus grand salon de l’industrie de la téléphonie mobile, plus connu sous l’appellation de Mobile World Congress (MWC) a débuté le lundi 25 février 2019 et prendra fin le jeudi 28 février 2019, à Barcelone.

À cette occasion, tous les fans de technologie attendaient avec impatience les dernières nouveautés des grandes entreprises de téléphonie mobile et plus particulièrement les innovations de Huawei, qui est actuellement la plus grande entreprise mondiale d’équipement de réseau.

Pour rappel, cette entreprise technologique a traversé une très mauvaise passe depuis qu’elle est au centre des conflits commerciaux entre les États-Unis et la Chine. Le gouvernement américain ayant même fait du lobbying pour faire interdire les équipements réseau de Huawei sur le territoire de ses alliés sous prétexte de risques d’espionnage pour le compte de la Chine.

Guo Ping a salué la déclaration de Donald Trump

Néanmoins, dans ses dernières publications, l’actuel président des États-Unis a déclaré que le gouvernement américain devait se servir de la concurrence pour progresser dans le domaine des télécommunications plutôt que de chercher à bloquer la technologie.

Même si cette déclaration de Donald Trump ne s’adressait pas directement à Huawei, ce tweet peut être considéré comme une tentative d’apaisement entre l’administration Trump et l’entreprise chinoise. En tout cas, le président de Huawei, Guo Ping, a salué la déclaration du président des États-Unis et l’a qualifiée de « claire et correcte ».

La cybersécurité est l’affaire de tous, déclare le président de Huawei

Commentant les dires du numéro 1 américain, Guo Ping a déclaré que « les États-Unis ont besoin de la 5G, voire de la 6G, plus rapide et plus intelligente ». Selon lui, Donald Trump « s’est rendu compte que les États-Unis sont à la traîne » dans le domaine des télécommunications.

En tout cas, en réponse aux accusations portées par les États-Unis, Guo, qui assure la présidence tournante de Huawei, a assuré que l’entreprise ne permettrait jamais à aucun pays d’insérer des « backdoors » dans ses équipements.

Il a aussi souligné que toutes les parties prenantes du secteur des télécommunications, y compris les fabricants d’équipement, les opérateurs de réseau et les gouvernements, devaient collaborer pour lutter contre les menaces de cybersécurité.  Selon lui, il est nécessaire d’avoir « une norme unifiée qui devrait être vérifiable ».

Mots-clés huawei