Clicky

Poveglia : l’histoire de l’île abandonnée

Poveglia est une petite île italienne qui autrefois s’appelait « Popilia » ou « Dei Pioppi » (qui veut dire « des peupliers » en italien), sans doute en raison de la végétation de l’île. Poveglia se situe plus exactement entre la ville de Venise et la dune de Lido, dans la lagune de Venise, en Italie.

Aujourd’hui abandonnée, l’île a jadis connu la prospérité avant de connaître la guerre et de servir de site d’accueil pour les personnes malades de la peste.

ONU Océans

L’histoire de Poveglia

Selon le politicien, historien et écrivain italien, Pompeo Gherardo Molmenti, Poveglia accueillait environ 200 familles de Venise dans la seconde moitié du IVe siècle. La population de l’île évolua rapidement et en moins d’un siècle elle comptait déjà plus de 800 habitations et fourmillait de vignobles et de marais salants. En 1378, Poveglia devint une république autonome gouvernée par un Gastaldo ducal et 17 Consiglieri. L’île resta prospère jusqu’en 1379, lorsque sa population déclina considérablement à la suite de la guerre de Chioggia. Elle resta néanmoins habitée et continua à bénéficier de ses anciens privilèges, comme l’exemption de taxes pour sa population.

Au XVIe siècle, Poveglia fut transformée en lazaret (établissement de mise en quarantaine qui servait à accueillir les marchandises, équipages et passagers en provenance de ports où sévissait la peste). Selon les rumeurs locales, d’imposants bûchers y auraient été installés pour brûler les corps de personnes mortes de la peste. Plus de 160 000 personnes mortes de la peste auraient été enterrées dans de grandes fosses creusées à Poveglia à cette époque. Au XVIIIe siècle, deux lois furent promulguées par le gouvernement italien pour que tout navire suspecté de cas de peste à bord soit mis en quarantaine près de l’île.

Poveglia à l’époque contemporaine

Pendant tout le XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Poveglia servit de centre de quarantaine. Puis pendant la guerre elle accueillait les soldats et les cadavres de victimes. Après la guerre, une maison de convalescence et de repos pour les personnes âgées a été construite sur l’île. Elle resta en service jusqu’en 1968. Un hôpital psychiatrique fut construit sur l’île en 1922. On raconte que Poveglia était alors hantée par les victimes de la peste, qui tourmentait les patients de l’hôpital psychiatrique dès leur arrivée. D’après les rumeurs, un médecin résident décida d’enquêter sur ces phénomènes et finit par se suicider en se jetant du clocher de l’hôpital.

Ces rumeurs de fantômes et de suicide n’ont jamais été prouvées. Quoi qu’il en soit, l’hôpital a fini par être abandonné et est resté inhabité depuis. En 2004, Poveglia est principalement devenue une terre agricole, surtout de viticulture, et son accès a été interdit aux touristes.

L’avenir de l’île de Poveglia

Pour réduire l’endettement du pays, l’État italien a mis en place une politique de vente du patrimoine étatique et décida en 2014 de se séparer de l’île de Poveglia, qui jusque là faisait partie du domaine de l’État. C’est l’Agenzia del demanio (un organe qui s’occupe de la gestion des actifs de l’état) qui a été chargée de vendre Poveglia aux enchères pour un bail d’une durée de 99 ans.

L’homme d’affaires Luigi Brugnaro remporta les enchères en mai 2014 avec une offre de 513 000 euros. Mais son offre a été finalement rejetée en juin 2014 par l’Agenzia del demanio qui envisage désormais de construire un hôtel de luxe sur Poveglia.