Clicky

Prise en main de la Nintendo Switch

Nintendo est de retour avec une nouvelle console. La Switch est en effet disponible depuis ce matin dans toutes les bonnes crèmeries. Elle est également arrivée à la maison ce midi et le moment est donc bien choisi pour vous gratifier d’une petite prise en main. Et attention, car cette dernière s’accompagne même d’une vidéo tournée en live.

Si vous passez souvent dans le coin, alors vous savez sans doute que ce n’est pas la première prise en main publiée ici.

Prise en main Switch : image 1

La Switch et ses deux contrôleurs.

Nintendo m’avait en effet invité à un événement organisé sur Paris au début de l’année et vous aviez eu droit à un récit complet de l’expérience.

Toutefois, durant cette soirée, nous n’avions pas été autorisés à prendre en main la console, ni même à l’examiner sous tous les angles. C’est précisément ce qui m’a poussé à filmer ce déballage et à me lancer dans la rédaction de ce nouvel article.

Packaging & Accessoires

La Switch est livrée dans une boîte relativement compacte, une boîte dont les dimensions la placent à mi-chemin entre celle de la 3DS et celle de la Wii U.

Elle comporte de nombreux visuels différents. Certains la présentent comme une console de salon, d’autres comme une console portable. Fidèle à ses habitudes, Big N a choisi de se focaliser sur les usages et non sur l’aspect technique de sa console.

Il n’est ainsi pas fait mention de sa fiche technique, ni même de ses particularités intrinsèques.

En ouvrant le capot supérieur de la boîte, on trouve tout de suite face à la console et à ses deux contrôleurs. Les accessoires se trouvent en dessous, répartis dans trois logements différents.

L’offre est assez complète. En dehors de la station d’accueil, on trouve ainsi les câbles de la console, les deux dragonnes des manettes et le guide de mise en route rapide. Un support pour les deux manettes complète le tableau. Ce dernier sera d’ailleurs incapable de les recharger, mais il affichera l’état de leur batterie.

Prise en main Switch : image 2

La console au format tablette.

Prise en main Switch : image 3

Le contrôleur de gauche.

Prise en main Switch : image 4

Le contrôleur de droite.

Design & Ergonomie

La Switch est extrêmement petite en main lorsque les deux manettes sont retirées. Elle ressemble du coup à une petite tablette compacte.

En revanche, elle s’étire beaucoup plus en largeur lorsqu’on lui colle ses deux contrôleurs. Là, elle aura tendance à prendre un peu plus de place.

Le corps de la console est assez massif et la dalle est entourée par des bordures assez marquées. Ce n’est pas vraiment gênant.

Le connecteur est placé sur la tranche inférieure de la console, en compagnie d’un détrompeur qui nous assurera de placer l’appareil dans le bon sens lorsque nous le placerons dans sa station d’accueil.

Nintendo a eu la bonne idée d’intégrer un connecteur USB Type-C à sa nouvelle console.

Le pied est situé à l’arrière et il recouvre le lecteur de cartes micro SD.

On ne va pas se mentir, ce pied est une mauvaise surprise. Il est fait de plastique et il semble extrêmement fragile. C’est évidemment un problème pour un appareil qui s’adresse aux adultes… et aux enfants.

Le pire reste à venir, car ce foutu pied aura même la fâcheuse tendance à se replier tout seul. Il sera du coup préférable de ne pas insérer les contrôleurs dans leur rail respectif lorsque la console se trouve dans cette position. Sinon, eh bien c’est à vos risques et périls.

Les trois boutons sont situés sur l’épaule gauche de la console. Le bouton de mise sous tension est placé à gauche et les deux contrôles du volume un peu plus à droite. La grille d’aération est au milieu et le lecteur de cartouche est complètement à droite, sous une protection de plastique.

La prise casque l’accompagne.

Passons aux contrôleurs. Ils sont extrêmement compacts et il faut avouer que c’est impressionnant compte tenu de ce qu’ils intègrent. En plus du stick analogique et des quatre boutons d’action habituels, on trouve en effet deux autres boutons, deux gâchettes principales et deux gâchettes secondaires placées dans la tranche.

En plus de ça, ces manettes intègrent aussi de multiples capteurs dévolus à la capture de mouvements. Il faut effectivement rappeler que ces dernières pourront se comporter comme des Wiimotes.

En revanche, les finitions laissent un peu à désirer. Le sticks analogique, par exemple, semble assez fragile et il n’offre pas le même confort que la DualShock 4 ou que le Xbox Controller.

Est-ce que ce sera gênant à l’usage ? Difficile à dire pour le moment, on en reparlera dans mon test.

Rien à dire sur le système de fixation. Il est identique pour la console et pour le support manette. Il fonctionne donc avec un système de glissière. Pour retirer les contrôleurs, il faudra d’ailleurs appuyer sur un bouton placé à l’arrière. Futé.

La station d’accueil n’est pas vilaine à regarder et elle a droit à une connectique complète. En plus des deux ports USB placés sur le côté, on trouvera à l’arrière sous un capot en plastique un troisième port USB et une sortie HDMI, le tout agrémenté de la prise d’alimentation.

Pour mettre la console en charge ou renvoyer l’image vers la télévision, il suffira de la poser sur le socle. Il ne sera pas nécessaire de forcer, Nintendo a placé une plaque capable de s’enfoncer sur elle-même au fond de la station.

Cela m’a beaucoup surpris, mais la console n’est pas fermement maintenue lorsqu’elle est posée sur son socle et elle a ainsi tendance à se balancer en avant ou en arrière. Ce n’est qu’une supposition, mais il est possible que ce soit voulu. Grâce à cette particularité, l’air circulera plus facilement au sein de la station.

Prise en main Switch : image 5

Elle est jolie en couleurs.

Prise en main Switch : image 6

L’écran est plus imposant que celui de la PS Vita.

Prise en main Switch : image 7

La console est plutôt légère.

En Fonctionnement

La Switch lancera automatiquement un assistant lors de son premier démarrage. L’outil est bien conçu. Il vous permettra de définir votre langue et votre localisation, mais aussi de définir la date ou l’heure.

L’outil vous proposera ensuite de connecter votre console à un réseau WiFi et de créer votre profil. Là, il suffira de sélectionner votre avatar et de saisir votre nom.

La console pourra reconnaître plusieurs profils différents. Mieux, elle vous invitera aussi à choisir votre compte avant de lancer un titre.

Le tactile est extrêmement réactif. Il l’est même autant que sur une tablette ou un smartphone traditionnel. C’est vraiment le jour et la nuit avec le GamePad de la Wii U. L’écran semble assez lumineux, mais il n’est malheureusement pas traité contre les reflets.

La plateforme semble plutôt fluide et suffisamment ergonomique pour être agréable à utiliser.

Le seul problème, c’est qu’on finit très vite par en faire le tour. Nintendo a choisi de se focaliser sur le côté ludique et il faut avouer que c’est assez dommage. Les applications mobiles manquent en effet à l’appel.

C’est évidemment très rageant, d’autant que la Wii U elle-même était capable de faire tourner Netflix. Là, c’est clairement un retour en arrière.

Nintendo a pris un gros risque, du coup. Les usages ont en effet beaucoup changer et l’explosion du mobile et des technologies nomades fait que les consommateurs attendent beaucoup plus de leurs équipements connectés. Cela vaut également pour les consoles.

Je n’ai encore que peu de recul sur les titres en eux-mêmes. C’est précisément la raison pour laquelle cet article ne parlera pas de Zelda.

Et l’autonomie ? Là encore, ce n’est pas en quelques minutes que l’on peut se faire une véritable idée de l’autonomie d’une console nomade. Ce point sera donc abordé plus en détail dans mon test.

Prise en main Switch : image 8

Le connecteur, au format USB Type-C.

Prise en main Switch : image 9

Le pied de la discorde.

Prise en main Switch : image 10

Le lecteur de cartes micro SD se cache sous le pied.

Premières Impressions

Mes premières impressions sont assez mitigées.

La Switch est clairement un produit intéressant, c’est indéniable, et son côté hybride la rend totalement unique. Ceci étant, les finitions de la console laissent un peu à désirer et cela vaut d’ailleurs autant pour le côté matériel que pour l’aspect logiciel.

D’un certain sens, on a l’impression que Nintendo a voulu faire vite pour s’assurer une présence sur le marché et ce n’est pas forcément le meilleur des choix. Pas de mon point de vue en tout cas.

Et on termine avec la vidéo.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.