Clicky

Prise en main de la Nintendo Switch

Nintendo a organisé en fin de semaine dernière une conférence de presse au Japon afin de présenter sa nouvelle console, la fameuse Switch. En parallèle, les différentes divisions de l’entreprise ont organisé plusieurs séances de prises en main dans les grandes capitales mondiales, et notamment sur Paris. Moi et ma belle-fille faisions partie des invités et nous en avons donc profité pour prendre en main cette drôle de console.

L’événement s’est déroulé quelques heures à peine après la présentation de l’appareil. Plusieurs sessions étaient programmées, la nôtre a duré en tout et pour tout deux heures.

Nintendo Switch : image 1

La Switch a posé ses valises pendant quelques heures sur Paris.

Durant ce temps, nous avons pu prendre en main la console, mais également ses différents contrôleurs et même quelques titres.

Une console imposante, mais racée

La Switch est assez imposante, mais elle reste très légère. Les finitions sont soignées et Nintendo a très largement mis en avant la flexibilité de l’appareil durant la session.

La console peut en effet être utilisée de trois manières différentes : comme une console de salon, comme une console portable et comme une console nomade. Grâce à son pied, il est ainsi possible de la faire tenir à la verticale et de l’utiliser comme un écran déporté.

Pour accompagner ces trois usages, Nintendo a développé des manettes assez particulières, les fameuses Joy-Cons.

Ces manettes peuvent elles aussi être utilisées de plusieurs façons. Il est possible de les laisser accrocher à la console, bien sûr, mais on peut aussi les prendre dans le creux de notre main ou même les fixer sur un accessoire afin de les transformer en contrôleurs de jeu plus traditionnel.

Mais elles ont aussi une autre particularité intéressante : elles peuvent être utilisées indépendamment l’une de l’autre. Envie d’affronter votre pote ou votre collègue de bureau dans une partie endiablée sur Mario Kart 8 Deluxe ? Inutile d’investir dans une manette supplémentaire, il suffit de lui prêter un de ces contrôleurs.

Les commandes sont plutôt complètes. Chaque contrôleur intègre un stick analogique, deux gâchettes et quatre boutons d’action, avec quelques contrôles supplémentaires en prime. Le plus fou, c’est qu’ils embarquent aussi une série de capteurs et ils offrent ainsi des fonctions analogues à celles des Wii Mote… avec une précision accrue par rapport à ces dernières.

Nintendo Switch : image 2

Un produit, trois usages.

Nintendo Switch : image 3

Les Joy-Con ne sont pas très grandes, mais elles ont de quoi se défendre.

Des contrôleurs flexibles et surprenants

Par défaut, ces manettes n’intègrent pas de dragonne, mais elles sont livrées avec une extension spécialement dédiée à la chose, une extension qu’il sera préférable d’utiliser sur les titres les plus rythmés.

Mais les Joy-Cons ont aussi un autre atout : leur vibreur. Très précis lui aussi, il est capable de délivrer des vibrations de différentes intensités et il permet ainsi aux gamers de sentir des billes dans une boîte ou même un revêtement sur un circuit de Mario Kart 8 Deluxe.

Côté autonomie, Nintendo a clairement cherché à éluder la question, mais un des conseillers présents durant la soirée a tout de même indiqué qu’ils pouvaient tenir une journée de jeu avec une seule charge. Plutôt correct. En revanche, pour les recharger, il faudra soit les connecter à la console, soit les placer sur un socle de recharge, soit les accrocher au grip qui permet de les transformer en manette.

Seul bémol, ces deux accessoires ne seront pas fournis avec la console et il faudra donc les acheter séparément.

Le Pro Controller est très agréable à utiliser pour sa part. Les contrôles tombent bien sous les doigts et la manette répond extrêmement bien aux sollicitations. Niveau confort, elle égale la DualShock 4, mais elle me semble un peu en dessous la manette de la Xbox One.

Comme indiqué un peu plus haut, nous n’avons pas pu tester tous les titres présentés durant la soirée.

Salomé a affronté Juline, la fille de mon ami Matthieu, sur Mario Kart 8 et elle a beaucoup aimé le titre, même en mode déporté. La diagonale et la définition de l’écran ne l’ont pas spécialement traumatisé. Elle a aussi beaucoup aimé ARMS et les titres de la suite 1-2-Switch. Fait assez surprenant, elle n’a pas franchement accroché à Just Dance 2017. Elle a en effet trouvé que les menus du titre étaient un peu trop confus.

Nintendo Switch : image 4

Les Joy-Con peuvent être utilisés sans être connectés à la console.

Nintendo Switch : image 5

Le Pro Controller, une manette très agréable à utiliser.

Et du côté des titres, alors ?

Pour ma part, ARMS m’a fait forte impression aussi, et ce malgré mes défaites répétées face à ma belle-fille. Le titre est extrêmement précis et le fun est vraiment au rendez-vous. Il faut d’ailleurs savoir que le titre est assez complet et il donne notamment le choix entre plusieurs avatars et plusieurs armes.

Breath of the Wild faisait partie des stars de la soirée et il était évidemment très demandé. J’ai cependant pu le prendre en main près avoir fait la queue pendant quelques minutes.

Graphiquement, il est clairement en dessous de ce que l’on trouve sur le PS4 ou même sur la Xbox One, c’est indéniable. Cela vaut notamment pour les textures ou pour les effets lumineux.

En revanche, le titre a un atout de taille : il est proposé sous la forme d’un monde totalement ouvert, sans aucun temps de chargement.

Nintendo a aussi pas mal bossé sur le gameplay et il a bien fait les choses, car le titre est extrêmement facile à prendre en main. Il est aussi très complet et il offre pas mal d’actions différentes. Link pourra ainsi escalader des montagnes, couper des arbres, cuisiner de bons petits plats pour récupérer de la santé ou même lancer ses armes sur ses adversaires.

La firme a aussi fait le choix de ne pas imposer un scénario linéaire aux gamers. Ces derniers pourront ainsi explorer les donjons dans l’ordre de leur choix. Attention cependant, car il sera préférable d’être bien équipé pour les donjons les plus difficiles.

Là, Big N a poussé le concept assez loin. Si vous voulez explorer les contrées les plus froides, par exemple, il faudra impérativement commencer par trouver des vêtements chauds.

Toujours dans le même ordre d’idée, les pièces de votre équipement ne seront pas invulnérables et elles s’abîmeront ainsi à mesure que vous les utilisez. Elles pourront même se briser.

Oui, mais pour le reste, force est de constater que le line-up de lancement n’a rien de très impressionnant. Les titres ne se bousculent effectivement pas au portillon :

  • The Legend of Zelda : Breath of the Wild
  • Super Bomberman
  • Just Dance 2017
  • Skylanders
  • 1-2 Switch

Pour le reste, il faudra donc attendre plusieurs semaines ou même plusieurs mois pour que la liste s’étoffe.

Nintendo Switch : image 6

La Switch en mode console de salon.

Nintendo Switch : image 7

Le petit panneau qui fait battre ton cœur à toute allure.

Un bilan mitigé… mais positif

Le bilan n’est pas parfait, mais il est tout de même assez positif. La Switch ne ressemble pas du tout à ses concurrentes et sa flexibilité est clairement un atout de taille par rapport à la PS4 ou à la Xbox One.

Maintenant, la belle ne s’adresse clairement pas aux hardcore gamers. Nintendo vise davantage les joueurs occasionnels et il suffit de regarder du côté du line-up de lancement pour s’en convaincre.

Mais le vrai problème, de mon point de vue, se trouve du côté du positionnement tarifaire de la console.

La Switch est actuellement proposée à 329,99 € en précommande chez Amazon et elle est livrée… sans aucun titre. Breath of the Wild coûte pour sa part 64,99 € et il faudra débourser pas moins de 59,90 € pour ARMS. C’est beaucoup trop cher et c’est exactement pareil pour 1-2 Switch puisque ce dernier est proposé à 49,90 €.

Si vous voulez le fond de ma pensée, il aurait dû être offert avec la console.

L’autre souci a davantage trait à la communication faite par l’entreprise. Nintendo n’a dévoilé que très peu d’informations sur la fiche technique de la console et sur la plateforme embarquée.

On sait ainsi que la Switch est équipée d’un Tegra, mais on ne connaît pas vraiment ses caractéristiques ni même son architecture. Derrière, on ignore aussi tout de la quantité de mémoire vive embarquée et on ne sait pas non plus si la console sera capable de faire tourner des applications.

Je trouve ça assez dingue d’ailleurs. Lancer les précommandes sur un produit qui comporte encore autant de zones d’ombre relève presque de la faute professionnelle.

Nintendo Switch : image 8

En mode tablette. L’écran est un peu petit, mais cela n’a pas dérangé Salomé, assise à gauche sur la photo.

Nintendo Switch : image 9

Breath of Wild a droit à des graphismes très cartoonesques, mais empreints d’une certaine poésie.

Le petit mot de Salomé

J’ai demandé à Salomé de me faire part de ses observations et de ses sentiments. Du haut de ses dix ans, elle fait clairement partie de la cible de Nintendo et il me semblait intéressant d’avoir son avis.

Voici donc ce qu’elle pense de la Switch et de ses jeux. Le texte est copié tel quel, les fautes en moins :

« Cette nouvelle console (la Switch) est trop bien.  Les télécommandes s’accrochent et se décrochent, elles sont très légères. Les dragonnes sont super faciles à mettre. Les manettes sont aussi faciles à manier et il y a même des télécommandes noires ou bleu et roses.

J’ai testé ARMS et ce jeu était mon favori. J’ai d’ailleurs battu toutes les personnes avec qui j’ai joué. J’ai testé aussi Mario Kart 8 et je le mets en deuxième place. Il y avait aussi des jeux de 1-2-Switch et je les place avant Just Dance 2017. »

Nintendo Switch : image 11

Il est possible de connecter huit Switch ensemble. Et ouais.

Nintendo Switch : image 10

Pas de gros souci pour le 720p ici.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

7 comments

Ajouter le votre.

Publier un nouveau commentaire.