Clicky

Prise en main des Galaxy S8 et Galaxy S8+

Samsung a organisé cette semaine une soirée de lancement dévolu à ses deux nouveaux appareils haut de gamme : le Galaxy S8 et le Galaxy S8+. Votre humble serviteur était sur la liste des invités et il a donc profité de l’occasion pour prendre en main ces deux téléphones… et pour réaliser une petite vidéo dans la foulée.

Il faut d’ailleurs noter que cette vidéo est en ligne depuis quelques jours sur la chaîne YouTube de la Fredzone et sur sa page Facebook.

Prise en main Galaxy S8 : image 1

Du coup, si vous voulez découvrir nos prochaines vidéos avec un peu d’avance, le mieux c’est encore de vous abonner à l’une ou à l’autre.

Caractéristiques Techniques

Pour rappel, le Galaxy S8 et le Galaxy S8+ se positionnent tous les deux sur le haut de gamme et ils ont droit à la même fiche technique.

Ils embarquent en effet un écran QHD+ et un chouette Exynos 8895 pour les modèles européens. Les versions chinoises et américaines ont droit pour leur part à un Snapdragon 835.

La puce est couplée à 4 Go de mémoire vive et à 64 Go de stockage, extensibles par le biais d’une carte micro SD.

Pour la partie photo, le constructeur a conservé la même définition et il a ainsi équipé ses téléphones d’un capteur de 12 millions de pixels, un capteur couronné par une optique ouvrant à f/1.7. La caméra frontale passe pour sa part à 8 millions de pixels et elle s’accompagne d’un autofocus.

En plus de la 4G, du WiFi 802.11 ac et du Bluetooth 4.2, les terminaux embarquent une puce FPS et une batterie de 3000 ou de 3500 mAh suivant les modèles.

L’offre est donc solide, et le prix aussi. Le modèle de base est en effet proposé à 809 € et sa déclinaison à 909 €. La bonne nouvelle, c’est que vous les recevrez avec huit jours d’avance si vous les précommandez maintenant.

Prise en main Galaxy S8 : image 4 Prise en main Galaxy S8 : image 2 Prise en main Galaxy S8 : image 3

Design & Ergonomie

Esthétiquement, les deux téléphones sont très proches l’un de l’autre et ils héritent ainsi des mêmes lignes et des mêmes matériaux.

Samsung a donc opté pour un boîtier en verre et un châssis métallique. Exactement comme les modèles précédents donc. Ils embarquent d’ailleurs aussi un écran incurvé, mais ce dernier est un peu différent de ce que proposaient le Galaxy Note 7 et le Galaxy S7 Edge. Il s’étend en effet sur plus de 80% de la surface des téléphones.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela n’a pas une lourde incidence sur les dimensions de ces appareils. Le Galaxy S8 n’est ainsi pas plus encombrant qu’un Galaxy S7 Edge malgré son très bel écran de 5,8 pouces. Quant au Galaxy S8+, ses dimensions le rapprochent pas mal du Note 7.

Cette prouesse a été rendue possible grâce à l’extrême finesse des bordures supérieures et inférieures de la dalle. L’effet est saisissant.

J’avais peur que cette particularité nuise à la préhension de ces appareils, mais ce n’est pas le cas. Ils restent en effet très maniables. Il faudra cependant voir dans la durée si cette impression se confirme. J’ai d’ailleurs demandé à Samsung de me prêter un modèle au plus vite.

L’ergonomie est assez différente elle aussi. Si les boutons du volume et de mise sous tension n’ont pas changé de place, ils sont complétés par un quatrième bouton dévolu à Bixby. Un bouton que l’on pourra mapper en passant par une solution tierce.

Le bouton d’accueil a disparu pour sa part. De même pour les boutons capacitifs. Ils ont été remplacés par trois boutons tactiles. Celui du centre est un peu particulier d’ailleurs, car il est sensible à la pression et il nous permettra d’accéder à plusieurs fonctions, comme ce que proposait l’ancien bouton d’accueil.

Un temps d’adaptation sera bien évidemment nécessaire, mais le bouton semble réactif.

Le lecteur d’empreintes bascule à l’arrière, à droite du module photo. Il est assez accessible sur le Galaxy S8, moins sur le Galaxy S8+. Si vous avez des petits doigts, vous ne pourrez pas l’atteindre. Pas sans utiliser votre deuxième main en tout cas. C’est un peu dommage, mais il sera toujours possible de se rabattre sur le scanner rétinien pour le remplacer.

De manière plus générale, le Galaxy S8 et le Galaxy S8+ sont tous les deux très impressionnants esthétiquement parlant. Les finitions sont vraiment exemplaires. J’ai aussi été très étonné par leur finesse.

L’écran est gigantesque pour sa part et cette impression est évidemment renforcée par l’extrême finesse des bordures encadrant la dalle. Samsung a fait un véritable travail d’orfèvre et le résultat est de toute beauté.

Cette fameuse dalle est d’ailleurs de très bonne qualité, avec un beau contraste et un rendu colorimétrique qui me semble naturel.

Rien à dire de spécial pour l’ergonomie. Les boutons du volume sont toujours placés au même endroit, de même pour le bouton de mise sous tension. Ils tombent naturellement sous les doigts lorsque le téléphone est tenu en main. Le bouton de Bixby me semble être un peu trop bas, mais ce n’est évidemment pas en deux ou trois heures que l’on peut se faire un avis définitif sur l’ergonomie d’un téléphone.

Prise en main Galaxy S8 : image 7 Prise en main Galaxy S8 : image 6 Prise en main Galaxy S8 : image 5

Fonctions & Surcouche

Peu de choses à dire sur la surcouche. Elle me semble plutôt rapide et intuitive. Le constructeur a effectivement choisi de l’épurer au maximum et cela me semble être un choix judicieux.

Parmi les nouveautés notables, on peut citer la suppression du tiroir d’application. Pour faire apparaître la liste des outils installés sur les téléphones, il suffira tout simplement de tirer l’écran vers le haut.

Bixby a droit pour sa part à un écran d’accueil complet, avec un système de cartes similaires à Google Now. Ce n’est bien évidemment qu’à l’usage que l’on pourra juger de son intérêt.

Il est d’ailleurs importer de souligner que les Galaxy S8 et Galaxy S8+ exposés durant la soirée étaient tous livrés avec une version non définitive de la surcouche. Malgré tout, ils se sont montrés très réactifs durant mes différents tests.

J’ai aussi pris quelques photos avec l’appareil. Il semble être capable d’obtenir de très bons résultats. En revanche, Samsung a choisi d’intégrer des fonctions assez particulières à l’application, et notamment un système de filtres similaire à ce que propose Snapchat depuis plusieurs années.

Je vous avoue ne pas être très fan du concept et j’espère donc qu’il sera possible de désactiver cette fonction.

Samsung avait mis en place plusieurs stands durant la soirée, dont un consacré au DeX, ce fameux dock capable de transformer le Galaxy S8 et le Galaxy S8+ en clients légers.

Le résultat est assez bluffant, on se retrouve en effet face à un vrai bureau avec des icônes et une barre des tâches donnant accès aux applications. Les applications mettent à peine quelques secondes à charger et l’ensemble est d’une fluidité exemplaire. Toutes les fonctions habituelles sont d’ailleurs disponibles dans ce mode et cela vaut pour les appels ou même pour les messages textes.

C’est vraiment chouette. Maintenant, ce qui serait encore mieux, c’est que le constructeur lance en parallèle un dock pour transformer le téléphone en laptop histoire que les utilisateurs nomades puissent se faire plaisir.

Prise en main Galaxy S8 : image 10 Prise en main Galaxy S8 : image 9 Prise en main Galaxy S8 : image 8

Premières Impressions

Que peut-on dire du Galaxy S8 et du Galaxy S8+ ? Niveau design, c’est presque un sans faute. L’écran est totalement dément et les finitions sont tout bonnement parfaites. Le modèle gris et le modèle violet sont d’ailleurs de toute beauté.

La seule chose qui me bloque un peu, c’est le lecteur d’empreintes.

Il n’est pas facile à trouver à l’aveuglette ou lorsqu’on tient le téléphone en main. La plupart du temps, notre index viendra instinctivement se placer sur la plaque en verre protégeant l’objectif du module photo et il faudra donc se forcer à le décaler sur la droite pour lancer le processus d’identification.

L’exercice est encore plus périlleux pour le Galaxy S8+ en raison de ses dimensions. Là, il faudra vraiment remonter haut pour aller chercher le lecteur et il sera donc préférable de tenir l’appareil avec ses deux mains.

Du coup, dans ce contexte, pas mal de gens risquent de se rabattre sur le scanner rétinien et sur la reconnaissance faciale. Manque de chance, la technologie n’est pas d’une fiabilité à toute épreuve, notamment sur le plan de la sécurité.

Voilà pour les grandes lignes. Comme d’hab’, si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça.

Sinon, pour la petite histoire, il faut d’ailleurs signaler que cette fameuse vidéo a été entièrement tournée avec mon X-T20… en 4K.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.