Clicky

Prise en main du Black Shark

Officialisé peu de temps avant l’été, le Black Shark a fait couler beaucoup d’encre depuis son lancement et c’est tout à fait logique puisqu’il se positionne sur le secteur du gaming.

Gearbest m’a fait parvenir un exemplaire du téléphone pour mes tests et on va donc commencer tranquillement avec une première prise en main.

Prise en main du Black Shark : image 1

Cet article sera assez court et il se focalisera principalement sur le packaging et les accessoires du terminal, mais aussi sur son design et son ergonomie. Un test sera mis en ligne dans quelques semaines. Il ira beaucoup plus loin. D’ailleurs, si vous souhaitez qu’on approfondisse certains points ensemble, il suffit de laisser un petit commentaire.

Packaging & Accessoires

Le Black Shark est livré dans une boîte noire sur laquelle a été imprimé le logo du terminal, un « S » vert aux lignes acérées. Le nom complet du téléphone apparaît sur le côté droit et c’est à peu près tout. Pas de caractéristiques, pas de visuels, le constructeur est allé droit à l’essentiel.

En ouvrant la boîte, on tombe sur un message d’accueil, toujours écrit en lettres vertes.

Le terminal se trouve en dessous, placé dans un film protecteur. Pour accéder aux accessoires, il faudra soulever le socle sur lequel l’appareil est placé. Et là, on a pas mal de choses.

Dans la première boîte, vous trouverez des films protecteurs, une housse protégeant les contours du terminal et le guide de mise en route rapide. Le tout avec l’accessoire permettant d’ouvrir la trappe.

Deux autres boîtes sont placées en dessous. Celle du haut regroupe le bloc secteur et le câble de recharge/synchro.

La boîte du bas est plus intéressante pour sa part puisqu’elle renferme le contrôleur du smartphone.

Le Black Shark est en effet livré avec un accessoire qui viendra se placer sur un des côtés du téléphone. Attention cependant, car vous devrez impérativement placer le terminal dans sa coque de protection pour être en mesure de souder les deux éléments. Lorsque ce sera fait, vous pourrez profiter de tous les contrôles présents sur la manette et donc d’un stick analogique, de deux gâchettes et de plusieurs boutons.

Le concept est plutôt sympathique, mais ce contrôleur créera aussi un déséquilibre au niveau du terminal. En outre, il faudra penser à la recharger pour le faire fonctionner.

Prise en main du Black Shark : image 3 Prise en main du Black Shark : image 2

Design & Ergonomie

Le Black Shark reprend à son compte tous les codes chers aux gamers… ou plutôt aux constructeurs officiant sur le secteur. Et autant le dire tout de suite, il ne ressemble pas franchement à ses concurrents.

Les flagships actuels semblent un peu tous sortir du même moule. Écran borderless, boîtier en verre, débauche de technologies en tout genre, force est de constater que la tendance est un peu toujours la même.

Le Black Shark ne ressemble pas du tout à ses concurrents. Le dos du téléphone est en effet recouvert de plusieurs pièces formant des motifs très connotés gaming. Xiaomi a d’ailleurs poussé le concept assez loin ici puisqu’on trouve aussi deux protubérances vers le haut et le bas du boîtier. Ces derniers ont pour but d’assurer la meilleure prise en main possible.

Les seules parties en verre se trouvent au niveau du module photo et en bas de la coque. Elles s’étendent sur quelques centimètres.

Le châssis est fait de métal pour sa part, et il s’étend sur une partie de la plaque arrière. Xiaomi a opté pour une teinte mate afin de limiter autant que possible les traces de doigts et ça semble plutôt bien fonctionner.

L’ergonomie est assez classique. On trouve ainsi un bouton d’accueil sous l’écran, un bouton dissimulant bien entendu un lecteur d’empreintes digitales. La pièce sera également capable de reconnaître certaines gestures et il suffira ainsi de la balayer dans un sens ou dans l’autre pour revenir à l’écran précédent ou accéder au multitâche.

Un bouton poussoir se trouve sur la tranche gauche. Il s’agit de la Shark Key et il vous permettra d’accéder à un outil dédié sur le téléphone. Une fois encore, nous aurons l’occasion d’en reparler dans mon test.

Les contrôles du volume se trouvent sur la tranche droite, regroupés dans le même ensemble. Le bouton de mise sous tension est placé un peu plus bas et le connecteur USB Type-C se situe sur la tranche inférieure. Sans grande surprise, le Black Shark est dépourvu de prise casque.

L’écran n’est clairement pas borderless, mais il offre un ratio affichage/façade convenable. La dalle est en effet entourée en haut et en bas par deux bandeaux assez épais, mais ces derniers ne seront pas gênants et ils amélioreront bien entendu la préhension du terminal une fois tenu en position couchée.

Prise en main du Black Shark : image 5 Prise en main du Black Shark : image 4

Premières Impressions

Le Black Shark est visuellement moins impressionnant que le Oppo Find X (pris en main ici) ou le Vivo NEX S (pris en main ici), mais il a tout de même son style et les finitions sont franchement impeccables.

Alors c’est vrai, le téléphone est beaucoup plus épais que ses concurrents, mais cela s’explique principalement par la présence d’un système de refroidissement liquide. Ce dernier permettra au Snapdragon 845 de rester frais en toute circonstance, et notamment sur les gros calculs.

La puce pourra donc fonctionner à sa vitesse maximale plus longtemps que les autres terminaux.

En outre, derrière, on a aussi un système son stéréo et pas mal de bricoles supplémentaires qui permettent au terminal d’offrir une puissance et une vitesse de calcul supérieure à la normale.

Mais tout ça, bien sûr, c’est de la théorie et il faudra attendre mon test pour savoir si le terminal respecte bien toutes ses promesses.

Prise en main du Black Shark : image 10 Prise en main du Black Shark : image8 Prise en main du Black Shark : image 7 Prise en main du Black Shark : image 6

Mots-clés black shark

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.