Clicky

Prise en main du Galaxy S8

Samsung a tenu en mars dernier une conférence de presse dans la ville de New York afin de présenter les deux nouveaux fleurons de sa gamme, le Galaxy S8 et le Galaxy S8+. Très attendus par les fans, ces deux nouveaux appareils auront la lourde tâche de nous faire oublier les problèmes rencontrés sur la dernière phablette de la marque.

Pour se faire, le constructeur n’a pas regardé à la dépense. Entre leur écran infini, leur gros processeur et leur nouvel assistant virtuel, ils ne manquent effectivement pas d’atouts.

Galaxy S8 : image 1

La firme a justement eu la gentillesse de me faire parvenir cette semaine par coursier un Galaxy S8 flambant neuf. En attendant mon test, voici donc le déballage et la prise en main de la bête.

Caractéristiques Techniques

Le Galaxy S8 vient bien évidemment se positionner sur le haut de gamme et il se place donc sur le haut du panier.

Cela s’en ressent bien évidemment sur sa fiche technique. L’appareil ne fait en effet pas les choses à moitié et il est ainsi équipé d’un écran QHD+ de 5,8 pouces et d’un Exynos 8895 couplé à 4 Go de RAM. L’espace de stockage atteint les 64 Go et il est bien évidemment possible de l’étendre par le biais d’une carte micro SD.

Côté photo, on retrouve un capteur de 12 millions de pixels surmonté d’une optique ouvrant à f/1.7 et une chouette caméra frontale de 8 millions de pixels avec autofocus. La 4G répond à l’appel, de même pour le WiFi 802.11 ac, le Bluetooth 5 et le NFC. Pour la batterie, on est sur une capacité de 3000 mAh avec la charge sans fil et la charge rapide.

Comme la plupart des haut de gamme du marché, le Galaxy S8 n’est pas donné et il est du coup proposé à 809 €.

Acheter le Galaxy S8 à 809 €

Galaxy S8 : image 2

Le Galaxy S8 dans sa boiboite.

Galaxy S8 : image 3

Immense, non ?

Packaging & Accessoires

Le Galaxy S8 est livré dans un écrin sombre extrêmement minimaliste. La boîte ne comporte aucun visuel et elle fait simplement apparaître le nom de la marque et du téléphone, avec quelques données plus techniques à l’arrière.

Lorsqu’on ouvre la boîte, on tombe directement sur le téléphone. Il paraît gigantesque et cette impression est renforcée par l’immensité de son écran.

Les accessoires se trouvent pour leur part dans un compartiment situé en dessous. L’offre est assez conventionnelle et on a donc un câble de recharge/synchronisation, un bloc secteur et un kit mains libres. Tenez, d’ailleurs, puisqu’on en parle, il faut savoir que ces derniers sont fournis par AKG, une filiale de Harman Kardon. J’ai d’ailleurs hâte de mettre mes oreilles dedans. Ou l’inverse, en fait.

L’offre est certes conventionnelle, mais elle semble solide.

Galaxy S8 : image 4

Les accessoires sont placés en dessous du téléphone et joliment disposés.

Galaxy S8 : image 5

L’arrière du Galaxy S8.

Design & Ergonomie

Tout comme les modèles précédents, le Galaxy S8 se compose de deux plaques en verre trempé maintenues par un châssis métallique renforcé. Les deux plaques ont été traitées au Gorilla Glass 5 et il semblerait que ce traitement soit efficace puisque le terminal a magnifiquement bien résisté à la séance de torture infligée par Jerry Rig Everything.

Toutefois, le terminal n’est pas une simple évolution du Galaxy S7 ou du Galaxy S7 Edge. Il va en effet beaucoup plus loin que ces derniers et il suffit de prendre le téléphone en main pendant quelques instants pour s’en rendre compte.

Ce qui frappe au premier abord, c’est bien évidemment l’immensité de son écran, le fameux Infinite Display. Il porte bien son nom d’ailleurs, car il donne l’impression de recouvrir l’intégralité de l’appareil. Dans les faits, ce n’est pas le cas bien sûr et Samsung a ainsi conservé deux bordures au-dessus et en dessous de la dalle afin de conserver une bonne préhension.

Un choix très censé, si vous voulez mon humble avis.

Toutefois, ces fameuses bordures sont nettement moins épaisses que celles des modèles précédents et le terminal affiche ainsi des dimensions très proches de celle du Galaxy S7 Edge alors que son écran atteint les 5,8 pouces. Jolie prouesse, une fois encore.

Bien sûr, pour pouvoir caser un tel écran sur son téléphone, le constructeur a dû procéder à plusieurs ajustements en termes de design. Le bouton d’accueil disparaît ainsi au profit de trois boutons tactiles. Fait intéressant, celui du centre s’accompagne de plusieurs capteurs de pression. En revanche, il n’intègre pas de lecteur d’empreintes et cette pièce bascule du coup à l’arrière du téléphone, à droite du modèle photo. Le flash et le moniteur de fréquence cardiaque se retrouvent du coup de l’autre côté, sur la gauche.

Les trois boutons physiques habituels ne changent pas de place. Les deux contrôles du volume sont toujours sur la tranche gauche et le bouton de mise sous tension figure toujours sur la tranche droite. Un quatrième bouton fait néanmoins son apparition. Situé sur le flanc gauche de l’appareil, il nous permettra d’activer Bixby en un instant.

Du moins lorsque l’assistant sera disponible en France.

Le connecteur USB Type-C ne change pas de place, il se trouve toujours sur la tranche inférieure. La prise casque répond également à l’appel, Samsung n’ayant pas encore fait l’impasse dessus.

Galaxy S8 : image 6

L’écran est immense.

Galaxy S8 : image 7

Le terminal en main.

Premières Impressions

On ne va pas se mentir, le Galaxy S8 a vraiment de la gueule. Dès l’ouverture de la boîte, il impressionne par sa finesse et par ses finitions. Son constructeur a apporté le plus grand soin à chaque détail et l’ensemble forme un tout cohérent.

La seule interrogation porte sur le lecteur d’empreintes. Il me semble placé un peu trop haut et un temps d’adaptation risque d’être nécessaire. Le bon côté de la chose, c’est qu’il sera toujours possible de se rabattre sur le scanner rétinien pour déverrouiller son téléphone.

Voilà pour cette prise en main. Comme d’hab, si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.