Prise en main du Huawei Honor 6

Huawei a frappé fort le mois dernier en annonçant l’arrivée du Honor 6 en France. Le plus beau, dans l’histoire, c’est que le constructeur a opté pour un positionnement tarifaire extrêmement agressif et son terminal est ainsi proposé sous la barre symbolique des 300€. Pas mal, bien sûr, et certains d’entre vous se demandent peut-être ce qu’il propose pour ce prix-là.

Ca tombe assez bien car le coquin m’accompagne depuis quelques jours maintenant et le moment est donc venu de faire les présentations. Du coup, si vous voulez en savoir plus à son sujet, eh bien vous êtes au bon endroit.

Huawei Honor 6 : photo 1

Mais attention car cet article n’est pas un test. Loin de là, et il s’agit finalement davantage d’une prise en main. Le hasard fait d’ailleurs bien les choses puisque c’est précisément ce qu’indique son titre. Ceci étant, sachez qu’un second article plus complet sera publié la semaine prochaine. N’hésitez donc pas à repasser dans le coin un peu plus tard.

Caractéristiques Techniques

Comme à l’accoutumée, je vais commencer par rappeler brièvement les caractéristiques techniques de la bête histoire que tout le monde les aient bien en tête. Je sais que c’est un peu idiot, et pas forcément très excitant, mais il faut bien passer par là.

Le Honor 6 n’a pas grand chose à envier à la concurrence sur ce terrain. Il embarque un écran de 5 pouces capable d’afficher une définition de type Full HD 1080p, pour une résolution en 1920×1080 et une densité de pixels de 445 ppp. Il est animé par un processeur Kirin 920 composé de huit coeurs. Attention cependant à ne pas vous frotter les mains car le constructeur a opté pour une architecture de type big.LITTLE.

Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que ces huit coeurs ne fonctionneront pas en simultanée. Les quatre coeurs les moins rapides (Cortex A7) se chargeront des tâches les plus insignifiantes tandis que les quatre coeurs les plus vifs (Cortex A15) s’activeront dès que vous lancerez un jeu gourmand ou une grosse vidéo.

Derrière, il faudra aussi compter sur un GPU Mali T628 et sur 3 Go de mémoire vive.

L’espace de stockage est compris entre 16 Go et 32 Go en fonction des modèles, mais il sera de toute façon possible de l’étendre par le biais du port pour cartes micro SD embarqué. Seul bémol, ce dernier ne pourra accepter que des cartes de 64 Go au maximum.

La partie photo s’appuie sur un capteur Sony Exmor RS de 13 millions de pixels et sur une caméra frontale de 5 millions de pixels. Pas mal, surtout pour les adeptes des selfies. Le WiFi est naturellement de la partie, de même pour le Bluetooth 4.0 LE et toutes les bricoles habituelles.

Oui, mais le mieux reste à venir et le Honor 6 a aussi la bonne idée d’être compatible avec des réseaux de type 4G+, pour un débit théorique pouvant atteindre les 300 Mbps. Ah, et il prend en charge toutes les fréquences françaises, bien sûr.

Et tout ça pour moins de 300€. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais il est tout de même difficile de trouver mieux à l’heure actuelle, non ?

Huawei Honor 6 : photo 2 Huawei Honor 6 : photo 3

Design & Ergonomie

En toute franchise et comme je l’explique dans ma vidéo, à la base, je pensais tomber sur un téléphone aux finitions modestes, ou même douteuses. Et cela n’a pas du tout été le cas.

Si le Honor 6 est tout de même moins joli qu’un iPhone 6 (encore que) ou qu’un Xperia Z3, il n’est pas vilain à regarder pour autant. Huawei a d’ailleurs opté pour des matériaux assez nobles puisque le terminal est constitué de deux plaques en verre placées de chaque côté. Le tout est fermement maintenu par une bordure en plastique imitant assez bien l’aluminium brossé.

Pas de métal, donc, mais cela n’a rien d’étonnant compte tenu de son positionnement tarifaire.

C’est assez amusant mais le terminal rappelle beaucoup l’iPhone 4 ou l’iPhone 4S. Dans tous les cas, les finitions sont exemplaires. Rien ne bouge et toutes les pièces sont parfaitement assemblées.

La face avant de l’appareil ne comporte aucun bouton physique, ni même le logo de la marque. C’est assez rare pour être noté. Il suffit néanmoins de le retourner pour tomber nez-à-nez avec le nom de sa gamme. Le module photo se trouve dans le coin supérieur gauche, aux côtés d’un double Flash LED.

Les trois boutons habituels (mise sous tension, volume+, volume-) sont placés sur la tranche droite, vers le haut. Avec une trappe un peu plus loin, pour accéder à la carte SIM et à la carte micro SD. Cette dernière a tendance à se faire oublier, c’est plutôt une bonne chose, mais elle n’est pas évidente à ouvrir. Enfin pas si vous avez les ongles courts, ce qui est précisément mon cas.

Le Honor 6 est assez compact, et il pourra être manipulé d’une seule main sans trop de contorsions. Le seul doute que j’ai concerne les plaques en verre. Elles ont effectivement l’air d’être très sensibles aux rayures et aux traces de doigts. Huawei a cependant eu la bonne idée d’accompagner son terminal de deux films plastique. Un pour chaque côté.

Puisqu’on en parle, sachez que le Honor 6 est livré avec tous les accessoires habituels : le guide de démarrage rapide, le câble de synchronisation, un bloc secteur et un kit mains-libres. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ce dernier alors je ne peux pas vous en dire beaucoup plus à son sujet, malheureusement.

Huawei Honor 6 : photo 4 Huawei Honor 6 : photo 5

Premières Impressions

Le Honor 6 offre-t-il les finitions d’un HTC M8 ? Non, bien sûr, et c’est assez normal puisqu’on parle ici d’un téléphone proposé sous la barre des 300€. A ce prix-là, il ne faut évidemment pas s’attendre à de l’aluminium et à des matériaux de malade, mais cela ne veut pas non plus dire que Huawei a fait dans le « low cost ».

En réalité, ce n’est même pas du tout le cas et c’est précisément ce qui m’a surpris lorsque j’ai commencé à jouer avec l’appareil.

Et pour ses performances brutes, alors ? Je n’ai fait aucune mesure pour le moment et vous devrez attendre la publication du test pour en savoir plus sur ces sujets-là. D’ailleurs, si vous avez des questions ou s’il y a des points que vous voulez que je creuse, n’hésitez surtout pas à laisser un petit commentaire à la suite de cet article.

Je termine avec la vidéo qui va bien.