Clicky

Prise en main du RODELink Filmmaker

Rode est un constructeur respecté dans le domaine du son et il s’est notamment fait un nom grâce à ses microphones. Parmi ses créations les plus prestigieuses, on trouve notamment le Lavalier ou encore le VideoMic Pro, mais son catalogue contient des dizaines de références différentes.

Ces derniers temps, le constructeur a aussi beaucoup investi sur les systèmes son sans-fil et il a ainsi lancé l’année dernière un kit spécialement pensé pour les réalisateurs en herbe, le fameux RODELink Filmmaker Kit. Joli nom, pas vrai ?

RODELink Filmmaker : photo 1

Le RODELink Filmmaker dans sa boîte.

Je l’ai commandé la semaine dernière chez Amazon et il vient d’arriver à la maison. On va donc le déballer ensemble.

Caractéristiques Techniques

Mais avant ça, on va prendre le temps de passer en revue ses principales caractéristiques.

Ce kit repose sur deux éléments capables de communiquer ensemble par les ondes : un récepteur et un transmetteur. Ils s’appuient sur un module de transmission utilisant une gamme de fréquences de 2,4 GHz, avec un chiffrement en 128-bit histoire de sécuriser au maximum les échanges de données.

Ces deux modules peuvent utiliser pas moins de huit canaux différents et ils offrent une latence de 4 ms et une portée de 100 mètres. Ils embarquent aussi un écran et ils pourront afficher diverses informations comme le canal ou même le niveau de la batterie.

Pour les alimenter, il sera possible de les brancher à une source d’alimentation en passant par un connecteur micro USB (ce qui n’est pas très pratique) ou d’utiliser deux piles AA.

Le kit embarque aussi un micro cravate omnidirectionnel Lavalier offrant un SPL de 110 dB et un niveau de sortie maximum de 189 mV avec un niveau de bruit de 25 dB.

Mais la vraie force de ce kit, c’est son prix puisqu’il est proposé à 375 €.

RODELink Filmmaker : photo 2

Le packaging est soigné.

RODELink Filmmaker : photo 3

Les deux boîtiers dans leur écrin.

Packaging & Accessoires

La boîte du RODELink est assez imposante et elle comporte de nombreux visuels placés sur tous les côtés. Les principales caractéristiques du produit se trouvent sur le côté droit.

Pour accéder au contenu de la boîte, il faudra retirer le capot principal. Ensuite, on se trouvera face à deux battants.

Le premier renferme le récepteur, le second le transmetteur et le microphone. Les boîtiers sont mis en valeur dans un écrin de papier, mais il faudra ouvrir les deux battants pour pouvoir accéder à tous les accessoires.

La première boîte regroupe le récepteur et le câble qui nous permettra de le relier à notre caméra ou notre réflex. Il s’accompagne d’un guide de démarrage rapide.

La seconde boîte est un peu plus complète. En dehors du transmetteur, on trouvera ainsi une housse renfermant le micro-cravate, son attache et deux bonnettes. La première pour les prises de vue en intérieur, la seconde pour l’extérieur. Rode a vraiment soigné son offre et son kit semble plutôt complet.

RODELink Filmmaker : photo 4

Le récepteur viendra se placer sur la griffe porte-accessoires.

RODELink Filmmaker : photo 5

Le récepteur et ses commandes.

Design & Ergonomie

Le RX (et donc le récepteur) surprend tout d’abord par son poids. Il est effectivement très léger.

Sur une de ses tranches, on va trouver l’écran de contrôle, le bouton de mise sous tension et deux autres boutons pour changer le canal et/ou couper le son. La prise jack se trouve sur le côté gauche, non loin de la prise micro USB.

En dessous, on a un pas de vis et une molette. Au choix, on pourra accrocher le boîtier à un trépied ou à la griffe porte-accessoire de notre boîtier.

Un bouton se trouve plus bas. Il permettra de faire apparaître le compartiment des piles, mais aussi deux interrupteurs pour activer l’appairage et régler la sensibilité.

Le TX (le récepteur) fait globalement la même taille et il ressemble beaucoup au récepteur.

L’écran de contrôle est sur la tranche supérieure, non loin du bouton de mise sous tension et de la prise pour le microphone. Le connecteur micro USB se trouve un peu plus loin et on trouve une fois encore un bouton sur la face intérieure afin d’accéder au compartiment des piles. Les deux interrupteurs présents sur le récepteur répondent à l’appel eux aussi.

Le boîtier est dépourvu de pas de vis. À la place, on a une languette en métal qui nous permettra de l’accrocher à la poche de notre pantalon ou même à une ceinture.

Pas grand-chose à dire sur le micro-cravate. Si vous avez déjà eu un micro-cravate entre les mains, alors vous vous sentirez comme chez vous.

RODELink Filmmaker : photo 7

Le compartiment des piles.

RODELink Filmmaker : photo 6

La connectique du récepteur.

Premières Impressions

Rode n’a pas fait les choses à moitié. Ce kit est particulièrement complet et il propose tout ce qu’il faut… à l’exception des piles. C’est dommage, mais le constructeur ne les fournit pas et il faudra donc penser à les acheter à côté.

La qualité audio dépendra essentiellement du microphone branché, bien entendu. J’ai eu l’occasion de tester brièvement le kit et je n’ai pas noté de problème particulier. La mise en place est assez facile et les deux boîtiers communiquent bien ensemble.

Il suffit ainsi de les allumer pour que la connexion se fasse et qu’ils choisissent automatiquement le canal le moins utilisé.

Bref, à ce prix, c’est une super affaire et vous pouvez vous lancer les yeux fermés.

Mots-clés roderodelink

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Pas de commentaires

Ajouter le votre.