Prise en main du Sony Xperia Z5

Sony a frappé très fort durant le dernier IFA en présentant pas moins de trois terminaux positionnés sur le haut de gamme : le Xperia Z5, le Xperia Z5 Compact et le Xperia Z5 Compact. Le premier est disponible depuis quelques semaines dans l’hexagone et il vient tout juste d’arriver chez moi. Le moment est donc bien choisi pour vous proposer une prise en main de la bête.

On ne va pas se mentir, la division mobile du constructeur a eu un début d’année assez compliqué avec le lancement du Xperia Z3+ et tous les problèmes de surchauffe provoqués par le Snapdragon 810.

Sony Xperia Z5 : photo 1

La boite du Xperia Z5.

Le terminal a enregistré des ventes assez mitigées et c’est sans doute ce qui a poussé la marque à profiter du salon berlinois pour introduire une toute nouvelle gamme.

Cet article se concentrera sur le déballage et sur la présentation du terminal. Un test plus poussé – et plus complet – sera publié dans quelques semaines.

Caractéristiques Techniques

Je sais que ce n’est pas forcément le moment le plus excitant mais il faut bien commencer quelque part. On va donc attaquer avec la fiche technique de l’appareil.

Le Xperia Z5 se positionne sur le haut de gamme et il embarque ainsi un écran LCD IPS de 5,2 pouces capable d’afficher une définition de type Full HD 1080p (1 920 x 1 080). Il hérite de toutes les technologies maison avec du Triluminos et du X-Reality.

Il est propulsé par un Snapdragon 810 couplé à un GPU Adreno 430 et à 3 Go de mémoire vive. Faut-il s’attendre à des problèmes de surchauffe ? Seul l’avenir nous le dira. L’avenir, et mon test.

L’espace de stockage atteint les 32 Go et il sera possible de l’étendre par le biais d’une carte micro SD de 200 Go au maximum.

Sony a apporté beaucoup de soin à la partie photo et le Z5 est ainsi équipé d’un nouveau capteur Exmor RS (1/2,3″) de 23 millions de pixels couronné d’une optique 24mm f/2.0. La mise au point pourra se faire en 0,03 seconde avec une sensibilité maximale de 12 800 ISO.

Inutile de le préciser mais l’appareil sera tout à fait en mesure de capturer des vidéos en 4K.

La caméra frontale atteint pour sa part une définition de 5 millions de pixels  avec une optique grand angle en prime.

Le WiFi 802.11 ac répond naturellement à l’appel, de même pour le Bluetooth 4.1, le NFC, le GPS et le MHL 3.0.

Le terminal est aussi équipé d’un lecteur d’empreintes digitales placé sur le flanc droit de l’appareil et il met le paquet sur l’audio avec toutes les technos habituelles (DSEE HX, LDAC, ClearAudio+, S-Force Front Surround, etc).

Même la Radio FM est de la partie, c’est pour dire !

Ce n’est pas vraiment une surprise mais le Xperia Z5 pourra se connecter à des réseaux 4G de catégorie 6 et il est équipé d’une batterie de 2 900 mAh. Selon son constructeur, il est censé pouvoir tenir deux jours avec une seule charge.

Notez pour finir que le téléphone est proposé à 699 €. Il se décline en quatre coloris : vert, or, blanc et noir.

Sony Xperia Z5 : photo 3

Jolie cette vitre dépolie, non ?

Sony Xperia Z5 : photo 2

Le téléphone et ses accessoires.

Packaging, Design & Ergonomie

Sony n’a pas changé de packaging. Le terminal est livré dans une boite blanche assez minimaliste, flanquée d’un visuel du terminal et de quelques caractéristiques techniques en prime.

Il suffit d’ouvrir la boite pour tomber sur le téléphone. Les accessoires sont regroupés dans le compartiment situé en dessous. Kit presse oblige, mon Xperia Z5 s’accompagne uniquement d’un câble de synchronisation, d’un bloc secteur et de la documentation habituelle.

Je ne l’ai pas évoqué plus haut mais le Xperia Z5 est compatible avec le chargement rapide. Magnifique, bien sûr, mais il faudra acheter un chargeur en plus.

Il est facturé 29 € et il suffit de suivre ce lien pour le commander. Ah et il se décline en blanc ou en noir.

Le terminal ressemble beaucoup aux modèles précédents et il hérite d’ailleurs de leur certification IP68 et il est censé pouvoir être totalement étanche. Pourquoi censé ? Parce que Sony déconseille de le plonger totalement sous l’eau.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Z5 n’est pas une copie parfaite du Z4 non plus. En réalité, il est même assez différent.

Il hérite de ses lignes et de ses matériaux, bien sûr, mais le constructeur a changé deux ou trois petites choses au passage.

Le terminal est ainsi équipé d’une plaque en verre dépoli à l’arrière. Elle attire moins les traces de doigts et elle est très douce au toucher. La texture rappelle beaucoup l’aluminium et ça donne pas mal de cachet au téléphone.

Sony n’a malheureusement pas opté pour le même traitement à l’avant et c’est un peu dommage. Les bordures entourant l’écran sont aussi un peu trop épaisses à mon goût.

Il y a aussi beaucoup de changement au niveau de l’ergonomie du téléphone. Le bouton de mise sous tension est désormais long et plat. Il se fond littéralement dans la coque et il abrite un lecteur d’empreintes digitales.

Sera-t-il confortable à l’usage ? J’étais assez sceptique au début mais il a l’air de plutôt bien s’en sortir en fin de compte. On sera sans doute amené à en reparler dans mon test.

Les deux boutons dévolus au contrôle du volume sont placés en dessous, plus bas sur la tranche. Je ne comprends pas pourquoi le constructeur les a mis à cet endroit.

Je les aurais plutôt vu en haut, ou sur le côté gauche de l’appareil.

Bon point en revanche, Sony a conservé le déclencheur physique et il pourra prendre deux positions. La mise au point se fera à mi course, exactement comme sur un hybride ou comme sur un réflex numérique.

Le Xperia Z5 comporte un seul cache. Il est placé sur le flanc gauche de l’appareil et il donne accès à une trappe en plastique unique qui accueillera la carte Nano SIM et la carte micro SD. Autant vous prévenir de suite, elle semble très fragile et elle n’est pas facile à retirer.

Ni même à remettre.

Le connecteur micro USB est placé sur la tranche inférieure et il est dépourvu de cache. Même chose pour la prise casque, située cette fois en haut. La firme a aussi intégré un passe câble à la bordure du bas pour pouvoir attacher une dragonne.

Les hauts-parleurs sont placés en façade, en haut et en bas. Ils se fondent dans la bordure de la coque, exactement à la manière de ce que proposait le Xperia Z2 en son temps.

Sony Xperia Z5 : photo 5

La texture de la vitre change en fonction de l’inclinaison du terminal. Bel effet.

Sony Xperia Z5 : photo 4

Le Xperia Z5 hérite des lignes des modèles précédents mais il est un peu plus anguleux.

Premières Impressions

Je n’ai pas eu l’occasion de tester le Xperia Z3+ mais le Z3 m’a accompagné pendant pas mal de temps. J’ai aussi eu en main le Z2 et le Z1 à l’époque.

Tous ces terminaux se ressemblent beaucoup, c’est vrai, mais chaque génération est différente et le constructeur cherche toujours à aller un peu plus loin en modifiant l’ergonomie de ses terminaux ou en travaillant sur la finesse de leurs courbes.

Le Xperia Z5 s’inscrit parfaitement dans cette tradition, mais il marque aussi une rupture avec des lignes plus anguleuses, une vitre dépolie et ce fameux lecteur d’empreintes digitales.

Je le trouve plutôt réussi, même si tout n’est pas parfait.

Ce qui me gêne le plus pour le moment, c’est surtout le positionnement des deux boutons dévolus au contrôle du volume. Ils sont beaucoup trop bas et ça risque d’être assez gênant au quotidien.

Bref, on va s’arrêter là pour le moment et on se quitte avec ma première vidéo. La seconde sera mise en ligne sur YouTube prochainement.