Project Atlas, service de Cloud Gaming crée par EA, va débuter sa bêta ouverte

Le Cloud Gaming est la prochaine étape du secteur vidéoludique. Plusieurs grosses firmes tech se positionnent déjà sur le marché, comme Microsoft ou encore Google avec Stadia. Il faut dire que la promesse est belle : profiter de jeux vidéo avec une simple connexion Internet, sans passer par un hardware conséquent – pour faire tourner certains jeux, une énorme configuration est parfois demandée. Autant dire que les firmes tech ont tout intérêt à exploiter ce marché du Cloud Gaming qui n’en est qu’à ses balbutiements pour espérer tirer leur épingle du jeu.

EA, l’un des leaders du marché vidéoludique, n’y échappe pas et va prochainement lancer la bêta ouverte de son Cloud Gaming.

Une plate-forme répondant au doux nom de Project Atlas, comme l’explique EA himself.

Il est désormais possible de s’inscrire à la bêta ouverte !

EA est l’un des leaders du marché vidéoludique et compte bien le rester. Pour cela, le géant devra convaincre sur le secteur du Cloud Gaming déjà bien compétitif avant même son lancement. Comme l’explique Ken Moss, Directeur technologique chez EA, le Project Atlas est désormais prêt à être testé par les joueurs ! Il faudra cependant s’inscrire à cette adresse pour espérer profiter de jeux vidéo avec une simple connexion Internet – nul besoin d’avoir une énorme configuration.

Plusieurs jeux phares du catalogue EA profiteront de cette bêta ouverte comme FIFA 19, célèbre licence de football au succès indéniable au fil des ans, Need for Speed Rivals ou encore Titanfall. Une poignée de titres seulement avant que les choix soient plus nombreux. EA profitera des retours pour améliorer la latence, la 4K ou encore le rendu HD. La firme pourra également savoir si les serveurs tiennent le coup face à l’afflux de joueurs.

Bien évidemment, il sera possible, si vous devenez testeur pour EA, de profiter partout des jeux qu’importe la plate-forme : PC, tablette, smartphone… Niveau prix, la firme ne s’est en revanche pas prononcée. Lorsque l’on connait l’appétence d’EA pour l’argent (pour ne pas citer les microtransactions…), nul doute que profiter des services du géant ne sera pas gratuit. Il restera évidemment la concurrence pour trouver d’autres offres avec Google ou encore Microsoft.