Proxima b serait en mesure de soutenir la vie

Découverte en 2016, Proxima Centauri b ou simplement Proxima b est une exoplanète en orbite dans la zone habitable de l’étoile naine rouge Proxima Centauri. Elle fait environ 1,3 fois la masse de la Terre et a toujours été considérée par les scientifiques comme une bonne candidate pour abriter la vie.

Justement, des chercheurs viennent de découvrir, à travers des simulations informatiques, que Proxima Centauri b pourrait abriter d’énormes zones d’eau liquide en surface, où des organismes vivants pourraient exister.

Proxima B

De l’eau liquide sur Proxima b

Comme la Terre par rapport au soleil, Proxima b se trouve dans la zone habitable de son étoile. En d’autres termes, elle reçoit suffisamment de lumière de son étoile pour que la température à sa surface permette d’avoir de l’eau liquide. Toutefois, elle est très proche de la naine rouge Proxima Centauri, ce qui selon les scientifiques pourrait signifier qu’elle ne tourne pas sur elle-même (comme la Terre) à cause des forces gravitationnelles exercées par l’étoile hôte. Ainsi, Proxima b présenterait toujours le même côté à son étoile, un peu comme la Lune par rapport à la Terre.

Les nouvelles simulations ont permis d’établir que Proxima b pourrait abriter un océan dynamique en circulation, qui est capable de transférer très efficacement la chaleur d’un côté de l’exoplanète à l’autre. En effet, les simulations ont montré que les mouvements de l’atmosphère et de l’océan de Proxima b se combinaient de sorte que « même si le côté nocturne ne voit jamais la lumière de l’étoile, il existe une bande d’eau liquide dans la région équatoriale de l’exoplanète ». La recherche, publiée le 5 septembre dans le journal Astrobiology, a été dirigée par Anthony Del Genio, un spécialiste des planètes à l’Institut Goddard pour les études spatiales de la NASA, à New York.

Proxima b pourrait abriter la vie

L’équipe de recherche a simulé en tout 18 scénarios distincts, en prenant en compte entre autres différentes compositions atmosphériques, les effets des continents géants, les variations dans la quantité de sel dans l’océan, etc. Et dans tous les scénarios simulés, Proxima Centauri b a toujours un vaste océan qui recouvre au moins une partie de sa surface.

« Plus la partie de la planète abritant de l’eau liquide est grande, plus il y a de chances que, s’il y a de la vie là-bas, nous puissions trouver des preuves de cette vie avec de futurs télescopes », a déclaré Del Genio.

Mots-clés astronomie