Clicky

Proxima du Centaure : une gigantesque éruption solaire détectée

Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du soleil, a récemment subi l’une des éruptions les plus puissantes jamais observées sur une étoile de sa taille.

La petite naine rouge est généralement invisible à l’œil humain, mais cette éruption a été suffisamment forte pour que certains observateurs aient pu la voir à l’œil nu depuis la Terre – du moins dans de bonnes conditions, selon Allison Youngblood, postdoctorant à la NASA Goddard Space Flight Center.

Une gigantesque éruption visible depuis la Terre

Youngblood et ses collègues ont récemment publié un article détaillant l’événement qui s’est produit en mars 2016 sur ArXiv.org, un répertoire d’articles scientifiques fréquemment utilisé avant la publication des études dans un journal. Selon les conclusions de l’équipe, l’étoile s’est éclaircie d’un facteur de 68 pendant la « super-éruption », déclenchant 316 227 766 000 pétajoules (316 227 pétawatts) d’énergie.

Proxima du Centaure est à seulement 4,2 années-lumière, mais elle fait partie de la plus petite classe d’étoiles normales appelées naines rouges, qui n’émettent qu’une faible lumière visible. En tant que telle, elle se situe à la magnitude 11 alors que l’œil humain peut voir des magnitudes jusqu’à 6 ou 7. (Un nombre faible indique une luminosité élevée, et certains objets du système solaire sont assez brillants pour se retrouver dans les nombres négatifs sur l’échelle.) L’avènement de l’éruption a placé l’étoile à une magnitude de 6,8, ce qui est aussi brillant qu’une étoile faible dans une nuit claire et très sombre.

Une éruption fatale pour les planètes du système solaire

Un problème potentiel avec des éruptions de cette taille est que Proxima du Centaure a au moins une planète et peut-être plus. La seule planète confirmée dans ce système est légèrement plus grande que la Terre et dans la zone habitable de son étoile – la région où les planètes sont dans des conditions suffisamment bonnes pour pouvoir avoir de l’eau liquide stable.

Bien que nous ne sachions pas grand-chose sur la planète Proxima Centauri b, si on mettait la Terre à sa place, cela créerait de gros problèmes. Le premier impact d’une éruption de cette ampleur propulserait vraisemblablement un souffle furtif sur la planète, mais les réactions chimiques finiraient par affaiblir la couche d’ozone de la planète. À partir de là, la perspective ne devient que plus sombre.

Mots-clés astronomieespace