iPhone 6 : une publicité fictive en passant, par Kevin Lee

Il faudra attendre encore plusieurs mois avant de découvrir l’iPhone 6, et toutes ses spécificités, mais rien ne peut arrêter nos amis les créatifs. Kevin Lee a ainsi réalisé une publicité fictive pour le prochain smartphone pommé, une publicité que vous allez pouvoir découvrir dès à présent et un peu plus loin dans l’article. Même que cette dernière est plutôt… réaliste. Peut-être un peu trop, d’ailleurs, mais elle devrait tout de même réchauffer le coeur de tous les croqueurs de pommes.

Comme vous pourrez le constater par vous-même, le terminal mis en scène dans cette vidéo ressemble en tout point à l’iPhone 5s, à quelques détails près. Kevin a effectivement travaillé sur les bordures latérales encadrant l’écran du terminal afin de réduire leur largeur, et dans l’optique de pouvoir glisser un écran plus large dans son châssis.

Publicité fictive iPhone 6

L’iPhone 6 ressemblera-t-il à ça ? Peut-être bien.

Pour le reste, et bien on retrouve toujours les mêmes éléments, dont ce fameux lecteur Touch ID trônant fièrement sous l’écran de l’iPhone. Tout comme le 5s, l’iPhone 6 imaginé par notre ami se déclinerait en trois coloris distincts : noir, blanc et or.

Vers une iPhablette ?

Autre point intéressant, cette publicité fictive ne met en scène qu’un seul terminal et c’est d’autant plus amusant que ce dernier est normalement censé se décliner en deux versions distinctes : une avec un écran de 4,7 pouces, et un autre avec un écran de 5,5 pouces. Ceci étant, si l’on en croit ce qui se murmure sur certains sites spécialisés, ce dernier pourrait être commercialisé sous un autre nom, et dans une gamme distincte de celle des iPhone.

Ce n’est pas tout, d’ailleurs, car seul ce nouveau terminal embarquerait un écran en verre de saphir. L’iPhone 6, lui, se « contenterait » d’un simple traitement Gorilla Glass 3, comme la plupart des terminaux haut de gamme du marché.

Après tout, et comme le fait très justement remarquer Yoann, Apple a toujours pointé du doigt les phablettes en affirmant qu’elles n’étaient pas adaptées à une utilisation courante.

Sources : 1, 2