Clicky

Puce T2 : les tiers ne pourront plus effectuer certaines réparations sur les produits Apple

The Verge a demandé une confirmation auprès d’Apple sur les possibles répercussions de la puce T2 sur les propriétaires qui préfèrent faire réparer leurs appareils par des tiers plutôt que par des revendeurs agrées Apple

En réponse à cette question, la marque à la pomme a confirmé que la puce T2 bloquerait certaines réparations effectuées par des tiers.

Plus précisément, Apple a expliqué que certains composants comme la carte mère ou encore les composants Touch ID des MacBook sortis cette année ne pouvaient pas être réparés ou changés chez un atelier de réparation tiers. Toutefois, le géant IT n’a pas précisé si cette limitation s’appliquait aussi à l’iMac Pro 2017.

Il s’agit en effet du premier appareil sur lequel Apple a inséré la puce T2. Une puce dont l’objectif était initialement d’améliorer la sécurité des machines de la marque.

Néanmoins, beaucoup pensent que cette puce est un moyen pour le groupe d’empêcher ses clients de faire réparer leurs appareils ailleurs.

Une stratégie commerciale ?

En octobre 2018, Motherboard et MacRumors ont mis la main sur un document interne d’Apple. Ce document renfermait des informations détaillées sur les réparations tierces que les puces d’Apple pouvaient bloquer. De plus, le document faisait mention d’un logiciel spécial, uniquement disponible chez les centres de service agréés, qui vérifie si toutes les pièces présentes dans l’appareil sont authentiques ou non.

Selon le directeur général d’iFixit, Kyle Wiens, « Le T2 est une guillotine qu’Apple détient par rapport aux propriétaires de produits. »

Le dirigeant ajoute qu’il est probable que cette technologie soit une stratégie d’Apple pour soit limiter les activités des réparateurs tiers soit pour conquérir davantage de parts de marché auprès des prestataires de réparation indépendants.

Certaines réparations encore possibles

Interrogé sur le sujet, Apple explique que la puce servira à protéger le processus de démarrage et le Touch ID de ses appareils. Du point de vue de l’entreprise, cette mesure de protection est tout à fait logique pour empêcher les ateliers de réparation non autorisés de remplacer les composants essentiels.

À la question de savoir si cette limite de réparation se retrouve aussi dans les pièces plus courantes comme l’écran, le clavier et le haut-parleur, c’est iFixit qui y a répondu en tentant une expérience. Le spécialiste a remplacé l’écran, la carte mère et la barre tactile d’un nouveau MacBook Pro en utilisant les pièces d’un MacBook Pro acheté cet été et ça a marché.

Apple a déclaré à The Verge qu’il n’était pas nécessaire d’activer le logiciel de configuration pour valider le remplacement d’un écran. Toutefois, Apple pourrait l’activer à tout moment.

Mots-clés appleimacmacbook

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !