Clicky

Pour ses futurs Mac, Apple pourrait opter pour des puces ARM

Apple pourrait, à terme, se détourner de la plateforme Intel. Cette rumeur, lancée par Bloomberg le mois dernier, s’est rapidement propagée à travers la toile et elle revient aujourd’hui en force puisque de nouvelles informations viennent tout juste de tomber. D’après des sources internes et donc proches du dossier, la Pomme Croquée serait en train d’examiner différentes pistes. Et pour l’instant, ce sont les puces ARM qui auraient retenu son attention. Autrement dit, et si ce bruit de couloir s’avère exact, alors nos futurs Mac pourraient se rapprocher grandement de nos iDevices. Forcément, on peut se demander si ce serait une si bonne chose que ça…

Avant toute chose, il faut bien insister sur un point : cette information n’en est pas une, il n s’agit en réalité que d’une banale rumeur comme on en voit souvent passer sur le web. En outre, même si Apple est réellement en train de travailler sur la question, et même si les préférences de la firme vont vraiment vers les puces ARM, rien ne dit que le projet aboutira sous cette forme. Toujours d’après les mêmes sources, l’abandon de la plateforme Intel par Apple n’interviendrait effectivement qu’en 2017. Ce ne serait donc pas pour tout de suite et autant dire qu’il peut se passer beaucoup de choses d’ici là.

Pour ses futurs Mac, Apple pourrait opter pour des puces ARM

Toutefois, pour la forme et pour réfléchir tranquillement ensemble sur la question, nous allons partir du principe que la rumeur dit vrai. Et nous allons donc nous intéresser aux avantages et aux inconvénients de ces fameuses puces ARM…

Les avantages de la plateforme ARM

Les puces ARM ne manquent évidemment pas d’atouts. Et le premier d’entre tous, c’est bien évidemment la place qu’elles prennent. Car en effet, si nos terminaux nomades jouent souvent cette carte, ce n’est pas pour rien. Grâce à ces puces, il est ainsi possible de produire des machines très compactes et dotées, en outre, d’une extrême finesse. Des critères auxquels sont d’ailleurs très attentifs les designers et les ingénieurs d’Apple, comme en témoigne le nouvel iMac qui a été dévoilé lors de la dernière Keynote.

Si Cupertino devrait vraiment opter pour cette architecture, alors elle serait en mesure de produire des machines encore plus fines et encore plus légères que celles que l’on trouve actuellement à son catalogue.

Mais ce n’est pas le seul avantage de ces puces. Leur autre atout, c’est bien évidemment leur consommation électrique. Si Intel a pas mal travaillé sur la question avec ses dernières architectures, le choix de cette plateforme pourrait conduire à l’élaboration et à la production de machines très autonomes. On pourrait ainsi voir arriver des MacBook Air ou des MacBook Pro offrant plus d’une quinzaine d’heures d’autonomie. Une idée des plus séduisantes, surtout pour les plus nomades d’entre nous.

Les inconvénients de la plateforme ARM

Cependant, il faut bien comprendre que tout n’est pas rose pour autant. Si les puces ARM possèdent quelques atouts, elles ne sont pas non plus exemptes de défauts. Ce serait beaucoup trop facile autrement. Et parmi les inconvénients de cette architecture, on trouve bien évidemment la question de la puissance. Car il faut bien le savoir, pour le moment, une puce ARM reste moins puissante qu’un processeur Intel. En outre, et ce n’est pas non plus un point à prendre à la légère, les puces ARM ne se déclinent présentement qu’en 32bits.

Toutefois, et c’est une très bonne nouvelle, les choses sont justement en train de changer. La firme britannique a ainsi levé le voile ces derniers jours sur deux nouveaux prototypes plutôt intéressants, les Cortex A53 et A57. Des prototypes qui pourraient bien changer la donne puisqu’ils jouent la carte du 64 bits. Et attention parce que la société ne travaille pas seule, elle est effectivement épaulée par quelques grands noms du secteur comme Microsoft ou encore Nvidia. Puisqu’on parle de ces nouvelles puces, on peut également signaler qu’elles se payent en plus le luxe de consommer moins d’énergie que leurs grandes soeurs.

Il reste cependant un autre inconvénient à ne pas sous-estimer : l’environnement. Mac OS a été conçu pour tirer pleinement partie des puces Intel. Si Apple doit leur tourner le dos et si la firme décide réellement de passer ses machines sur la plateforme ARM, alors elle devra développer un tout nouvel OS qui sera capable de les supporter. En outre, et ce n’est pas un point à prendre à la légère non plus, les développeurs tiers et les éditeurs devront également y mettre du leur pour adapter leurs jeux, leurs outils, leurs logiciels à cette nouvelle architecture.

Et c’est bien là le coeur du problème. Même si la situation s’est légèrement améliorée ces dernières années, les firmes officiant sur le secteur – et plus précisément sur le marché des jeux vidéo – sont encore timides et elles ont du mal à allouer des crédits supplémentaires pour assurer le portage de leurs créations. Alors même que les Mac sont construits sur la même plateforme que les ordinateurs sous Windows ! Un passage sur ARM leur compliquerait encore un peu plus la vie. Il en irait également de même pour Bootcamp qui ne pourrait finalement faire tourner que Windows RT. Pas très excitant, surtout quand on connait les limitations de ce dernier.

Des Mac sous ARM, est-ce que ce serait une bonne chose alors ?

On en vient donc à la question clé : des Mac sous ARM, est-ce que ce serait une si bonne chose que cela ? Je n’ai pas la réponse à cette question. Il y a du pour, du contre, mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que nous n’en sommes qu’aux prémices de cette architecture. Ces puces ont considérablement évolué depuis le tout premier modèle et il donc bien difficile d’imaginer les surprises qu’elles nous réservent. D’ici 2017, il peut finalement se passer beaucoup de choses et on ne peut donc pas vraiment répondre à cette question.

Ceci étant dit, si cette rumeur s’avère exacte et si Apple s’intéresse effectivement à l’architecture ARM, alors on peut être au moins sûr d’une chose : le Mac OS de demain n’aura plus rien à voir avec le Mac OS d’aujourd’hui. A terme, ce dernier pourrait ainsi finir par fusionner avec iOS. Le plus amusant, c’est qu’il pourrait se produire exactement la même chose pour Windows. Si Windows 8 et Windows Phone 8 partagent le même coeur, ce n’est pas le fruit du hasard.

Ces prochaines années risquent donc d’être passionnantes et je pense même qu’elles seront décisives. Une page est en train de se tourner et nous sommes là pour le voir.

Magnifique, non ?

Via

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

3 comments

Ajouter le votre.

Publier un nouveau commentaire.