Quand des physiciens cherchent à ouvrir un portail menant sur un univers parallèle

L’Oak Ridge National Laboratory va mener une étonnante expérience durant l’été, une expérience visant tout simplement à tenter d’ouvrir un portail vers un autre univers.

Contrairement aux idées reçues, l’idée de l’existence d’un multivers n’est pas née avec la science-fiction contemporaine. En réalité, le premier à l’avoir évoqué n’est autre que le philosophe grec Anaximandre de Milet, un penseur et philosophe qui a vécu au VIe siècle avant notre ère.

espace

Crédits Pixabay

Philosophe qui aurait par ailleurs enseigné à bon nombre d’élèves prestigieux, à commencer par le célèbre Pythagore.

La théorie du multivers, une théorie qui nous accompagne depuis longtemps

Hugh Everett a fait partie des brillants esprits qui se sont penchés sur cette notion d’univers multiple et il a présenté dans les années 50 sa propre théorie, la théorie des états relatifs.

Jusqu’à présent, personne n’a été en mesure de prouver l’existence d’un multivers, mais l’Oak Ridge National Laboratory compte visiblement réparer cet impardonnable oubli.

Comme nous l’apprend NBCNews, Leah Broussard, une physicienne travaillant pour le laboratoire, compte mener cet été une expérience afin de démontrer l’existence d’un multivers. Une expérience qui pourrait en théorie déboucher sur l’ouverture d’un portail.

L’objectif de l’expérience est en effet de créer une oscillation en s’appuyant sur un faisceau de particules subatomiques propulsées dans un tunnel de quinze mètres de long, en direction d’un mur et en face d’un aimant.

Si tout se passe comme prévu, alors certaines de ces particules pourraient se transformer et devenir des images miroirs d’elles-mêmes. Ce qui leur permettrait de passer le mur évoqué un peu plus haut.

D’après Broussard, l’expérience envisagée est assez facile à mettre en oeuvre et elle ne nécessite pas d’investissement particulier de la part de l’Oak Ridge National Laboratory.

Une histoire de particules

Le laboratoire possède en effet un réacteur nucléaire offrant une puissance de 85 mégawatts, un réacteur capable de générer des milliards de neutrons.

L’expérience elle-même ne durera pas plus d’une journée. Suite à cela, Broussard et son équipe auront besoin de quelques semaines pour analyser les données collectées et déterminer si l’un de ces neutrons a réussi à traverser le mur situé au bout du tunnel. Et donc si l’expérience a débouché sur l’ouverture d’un portail entre notre univers… et un univers miroir.

Si la chercheuse a décidé de se focaliser sur les neutrons, ce n’est pas tout à fait par hasard. Lors d’expériences menées dans les années 90, des chercheurs ont réalisé que les neutrons créés avec des faisceaux à particules avaient une durée de vie moyenne tournant autour de 14 minutes et 48 secondes… alors que ceux stockés en bouteille se décomposaient en 14 minutes et 38 secondes. Soit dix secondes de différence.

Plus étrange, ce gap a été mesuré lors de plusieurs expériences.

Personne n’a encore été en mesure d’expliquer d’où venait cette différence, mais certains chercheurs pensent qu’elle pourrait être induite par ces fameux univers miroirs.

Mots-clés physique