Clicky

Quand Google identifie par erreur les victimes de viol

Le moteur de recherche de Google propose depuis longtemps des fonctions de « recherche associée » et « saisie semi-automatique ». Elles aident les utilisateurs à retrouver facilement des informations relatives à leurs requêtes. Pour ce faire, l’intelligence artificielle du géant du web collecte et enregistre les données qu’elle peut rencontrer, y compris sur les réseaux sociaux. Cette performance technologique n’est pourtant pas sans revers, notamment en ce qui concerne les affaires de viol.

Le fait est que la loi protège dans certains pays l’anonymat des victimes ou présumée victimes des agresseurs ou présumés agresseurs sexuels. Pourtant, lorsque le nom d’un agresseur est entré dans la barre de recherches, les noms de ses victimes apparaissent dans les recherches associées. En d’autres termes, Google identifie en toute illégalité – et bien malgré lui – les victimes de viol.

Comparateur Google

Le journal Times a effectué une enquête approfondie sur le sujet. L’affaire a suscité la préoccupation de nombreux organismes qui protègent les droits de la femme.

Une infraction pénale

Les plaignants dans les affaires d’infractions sexuelles disposent automatiquement d’un anonymat automatique perpétuel, même si l’accusé est acquitté. La violation de cet anonymat constitue une infraction pénale passible d’amende allant jusqu’à 5000 £.

Le Times a révélé quelques cas où Google a identifié deux victimes de viol et une victime d’abus sexuel. En outre, « une simple recherche relative à une affaire de crimes violents fait apparaître comme une recherche connexe le nom et la ville natale du défendeur, à qui l’anonymat a été accordé, » a dévoilé le média.

Pour Fay Maxted, chef de la direction de l’organisme de bienfaisance pour les victimes de viol, Survivors Trust, ces allégations sont « plus que choquantes ».

La commodité est parfois ennemie de la sécurité

Alan Woodward, professeur d’informatique à l’Université de Surrey, a souligné que « la commodité peut parfois être l’ennemi de la sécurité et de la confidentialité. C’est un cas de conséquences imprévues. »

« Google doit opérer conformément à la loi britannique…si cela signifie qu’ils doivent changer le fonctionnement de leur moteur de recherche, alors qu’il en soit ainsi, » a déclaré Maria Miller, présidente du comité des femmes et des égalités de la Chambre des communes.

« Nous n’autorisons pas ce genre de prédictions automatiques ou de recherches connexes qui violent les lois ou nos propres politiques », a indiqué un porte-parole de Google. « Nous avons encouragé les gens à nous faire part de leurs commentaires sur les prédictions sensibles ou mauvaises, » a poursuivi le responsable du géant technologique.

Mots-clés googleweb