Quand l’Antarctique abritait des dinosaures

Les scientifiques viennent de découvrir les premiers parents des dinosaures et ils seraient de la taille d’un iguane. Ils ont été baptisés « Antarctanax », ou le « roi de l’Antarctique ». Ils pensent qu’il y a deux cent cinquante millions d’années, l’Antarctique aurait été recouvert de forêts et de rivières, la condition de vie y aurait été optimale.

L’endroit aurait ainsi abrité une biodiversité unique, y compris des animaux très anciens.

Lac subglaciaire

« Ce nouvel animal est un archosaure, l’un des premiers parents des crocodiles et des dinosaures », a déclaré Brandon Peecook, chercheur au Field Museum et auteur de l’article publié dans le Journal of Vertebrate Paleontology. « Cela ressemble un peu à un lézard, mais en évoluant, c’est devenu un membre de ce grand groupe ».

Recueilli lors d’une expédition en Antarctique entre 2010 et 2011, le spécimen est constitué d’une partie de l’épine dorsale, des membres et du crâne. Actuellement, il est exposé au musée Burke avec trois cents autres fossiles de vertébrés de l’Antarctique.

Un carnivore à l’allure d’un iguane

Les expéditions en Antarctique sont dirigées par Christian Sidor, professeur de biologie à l’Université de Washington et conservateur de la paléontologie des vertébrés au musée Burke. Dernièrement, de 2017 en 2018, l’équipe s’est rendue à Graphite Peak, le site où Antarctanax a été retrouvé. C’est le même lieu où se trouvaient les premiers fossiles de vertébrés découverts il y a cinquante ans de cela.

L’antarctanax aurait vécu il y a deux millions d’années avant la plus grande extinction de masse.les changements climatiques, causés par des éruptions volcaniques, ont tué quatre-vingt-quinze pour cent des espèces marines et soixante-dix pour cent des vertébrés terrestres.

Les archosaures font partie d’un groupe de reptiles comprenant les dinosaures, les crocodiliens ainsi que les ptérosaures. L’animal est appelé « Antarctanax shackletoni », en hommage à Ernest Shackleton, un explorateur polaire. Il s’agit d’un carnivore à l’allure d’un iguane qui avait une petite taille et qui chassait les insectes et les amphibiens. Le fossile est très parcellaire, mais cela n’empêche pas de reconstituer son aspect et ses caractéristiques.

« L’Antarctique combinait ces nouveaux animaux avec d’autres déjà éteints dans la plupart des endroits. Ce que les paléontologues appellent des clades morts marchant. En somme, les animaux de demain et ceux d’antan cohabitant dans un endroit frais », a expliqué Peecook.

Un désert blanc recelant des richesses archéologiques

« Nous pensions que les animaux antarctiques seraient similaires à ceux qui vivaient en Afrique australe, puisque ces masses continentales ont été reliées à l’époque. Mais nous constatons que la faune et la flore de l’Antarctique sont étonnamment uniques », a déclaré Peecook, doctorant au département de biologie de l’UW au moment de la collecte du fossile.

« L’exploration en Antarctique est vraiment difficile, compte tenu de la logistique nécessaire. À présent, si peu de travaux ont été effectués, car le potentiel de réalisation de nouvelles découvertes est important », a noté Sidor. « Les mêmes roches qui ont fourni l’Antarctique ont livré les plus anciens parents de mammifères après l’extinction massive ».

L’Antarctique était, certainement, un lieu d’évolution rapide et de diversification. D’après les scientifiques, cet actuel désert blanc abritait également des dicynodontes et des reptiles mammaliens.