Clicky

Quand le gouvernement diabolise internet…

Internet, c’est très dangereux. Non, vraiment, les prédateurs sont nombreux et il n’est pas toujours facile pour les parents de protéger leur innocente progéniture. Heureusement pour nous, notre gouvernement aime la communication et c’est ainsi que la secrétaire d’État à la Famille a décidé de sortir un spot publicitaire pour prévenir les foyers de tous les dangers potentiels du web.



Par ordre d’apparition, on peut donc noter la présence de néo-nazis, de putes, d’un robot tueur et même d’un pédophile, sans doute incarné par un intermittent en fin de droits. Tout ce joli petit monde se pointe dans un foyer doux et raffiné, histoire de venir pourrir la vie des gamins qui y vivent sous le regard totalement niais d’une mère de famille qui ne mérite rien d’autre que de finir ses jours dans un goulag sibérien.

Moralité de l’histoire, les parents sont des débiles, les internautes sont des pervers (ou des malades) et c’est pour cette raison qu’il est indispensable d’installer… un système de contrôle parental. Oui, car avec cette technologie super fiable et très éprouvée, il sera possible de protéger nos chères têtes blondes de tous ces horribles dangers qui viennent troubler leur sommeil.

En dehors du fait que cette publicité semble tout droit sortie des années 90 et que le web a bien changé depuis, on peut noter que le gouvernement ne recule devant rien pour diaboliser internet. Une stratégie plutôt osée mais assez porteuse, qui lui permettra sans doute de faire passer encore plein de lois liberticides.

Car le gros problème de l’histoire, c’est que le français moyen va croire bêtement le contenu diffusé par cette publicité racôleuse. Il se dira que le web est dangereux, qu’on y trouve que du sexe et de la violence et qu’il est normal que le gouvernement cherche à le protéger. Aussi, lorsqu’un ministre se pointera un beau matin en proposant que l’on commence à filtrer le contenu diffusé sur la toile, notre bon franchouillard n’y trouvera strictement rien à redire. Il se contentera de tapoter sur son ventre en se félicitant d’avoir ainsi pu protéger sa marmaille.

Et les vrais dangers, il ne les verra même pas.

Et les vraies questions, il ne se les posera pas.

Que l’on fasse de la prévention, je peux comprendre. En effet, le web est un outil et comme n’importe quel outil il convient d’apprendre à l’utiliser. C’est d’ailleurs le rôle des EPM, des cyberbases et des différentes associations qui animent nos quartiers. Des organismes dont l’objectif est de protéger les jeunes internautes, de former les usagers à l’utilisation des nouvelles technologies et de finir d’enterrer cette fracture numérique qui se fait de plus en plus discrète.

Mais eux, on n’en parle pas. Le gouvernement, parfois, leur accorde quelques aides, mais je n’ai jamais vu aucune campagne de communication mettre le doigt sur leur travail et les opérations qu’ils mènent pourtant depuis un bon moment. Non, au lieu de ça, on nous balance une publicité vieillote, réactionnaire, avilissante, pathétique et finalement vide de sens. De la comm’, rien que de la comm’ et pas autre chose que de la comm’.

Il y aurait mieux à faire.

Via BG

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.