Quand l’Elysée pirate des oeuvres audiovisuelles

Aller, aujourd’hui je suis de bonne humeur alors j’ai décidé de vous faire marrer. Oui, parce que figurez-vous que j’ai appris hier grâce à Clubic que l’Elysée s’amuserait à reproduire des œuvres audiovisuelles sans demander l’autorisation des ayants droit. Bon, en gros et pour ceux qui ont une connaissance approximative du français, ça veut juste dire que nos amis en costard seraient de très très vilains pirates. Alors bon, l’information est à prendre avec des pincettes, c’est un peu pour ça que j’ai balancé du conditionnel un peu partout dans ce billet, mais c’est quand même très très marrant.

Quand l'Elysée pirate des oeuvres audiovisuelles

La victime serait donc le documentaire « A visage découvert », qui a pour thème principal… hem… Nicolas Sarkozy. Ouais bon, on se doutait bien qu’ils n’allaient pas graver des DVD de Transformers 2 ou du dernier Harry Potter, hein… Concrètement, le service de presse de l’Elysée aurait donc reproduit à 400 exemplaires sans aucun accord, ce pompeux documentaire afin de le filer tranquillement à quelques ambassadeurs qui passaient dans le coin. Juste histoire qu’ils sachent à quoi sert notre président, sans doute. D’ailleurs, il faudra que je le choppe, ce documentaire, tiens…

Le plus drôle, c’est que l’information a été confirmée par l’Elysée mais que les gars en costard ont bien précisé que tout était parfaitement légal et qu’ils avaient même géré le truc avec la boîte à qui appartient le film. Bon, le truc un peu con, c’est que ces derniers ont dit exactement le contraire et qu’il est donc particulièrement difficile de savoir qui croire. Du coup, comme chacun voit midi à sa porte, c’est à vous, oui uniquement à vous, d’interpréter cette étonnante nouvelle.

En tout cas, en ce qui me concerne, j’ai déjà choisi mon camp.

Heureusement que la loi Hadopi ne rentrera pas en vigueur tout de suite, hein…

Via Clubic