Clicky

Quand les entreprises de la Silicon Valley s’intéressent au revenu universel

Ces derniers temps, les entreprises de la Silicon Valley s’intéressent beaucoup au financement du revenu de base. Œuvre de bienfaisance, volonté de maintenir la paix sociale ou simple coup de publicité ? Visiblement, chacun a son propre avis sur la question.

La réalité est que les sociétés déboursent des paquets de dollars pour faire des dons. Il y a par exemple Pierre Omidyar, le fondateur d’eBay, qui a donné 493 000 dollars pour contribuer au financement d’un revenu de base au Kenya. Chris Hughes de Facebook et une centaine d’experts de la Silicon Valley ont quant à eux réussi à rassembler 10 millions de dollars.

Revenu de base Silicon Valley

La Silicon Valley s’intéresse elle aussi au revenu de base.

Si certains affirment que ce sont des actes de générosité, tout le monde ne partage pas le même point de vue.

Un rapport avec l’évolution de l’automatisation

Phil Jeudy, notamment  prétend que les acteurs de la Silicon Valley sont bien conscients de l’impact négatif de l’évolution de la technologie et même qu’ils réalisent à quel point certaines personnes souffrent de leurs innovations et des technologies développées dans leurs laboratoires.

Ils prennent les choses en main afin de contribuer au bien de la société.

Selon Nicole Teke, le revenu de base « est une compensation, une manière d’accompagner ceux qui ont perdu leur emploi ». Elle pense en effet qu’il y a une démarche solidaire derrière cela.

D’après elle, le développement de la robotique et des systèmes automatisés a en effet un impact direct sur la main d’oeuvre humaine. Dans ce contexte, il est donc indispensable de prendre les devants et de mettre en place un système de rémunération adapté pour éviter que des millions de personnes ne se retrouvent subitement à vivre dans des conditions précaires.

Un point de vue que partage aussi Mark Zuckerberg. Elizabeth Rhodes s’était elle aussi exprimée sur le sujet lors du lancement de l’expérience menée par le Y Combinator. Ce dernier avait en effet versé une somme comprise entre 1 000 et 2 000 dollars par mois à une centaine d’habitants d’Oakland afin d’étudier leur comportement.

Pour maintenir un certain équilibre

Le fondateur d’eBay a eu l’occasion de s’exprimer longuement sur sa participation au projet du Kenya. Pour lui, il s’agit surtout de tout faire pour « atténuer la pauvreté et jouer un rôle dans l’autonomisation des personnes ».

En outre, il a ajouté qu’avec cette expérience, il saura si l’investissement a bien été utilisé sur le développement de l’entrepreneuriat, la santé et l’éducation ou bien le contraire.

Pourtant, de nombreuses personnes partagent le même avis que Baptiste Mylondo. Pour cet enseignant en économie et en philosophie politique, les entreprises de la Silicon Valley veulent surtout « maintenir la paix sociale » pour que « les gens continuent à consommer, à se divertir et ne s’opposent pas à cette révolution numérique ».

Mylondo a mentionné que le revenu de base est pour certaines personnes un enjeu marketing et une manière de se créer une meilleure image.

Mots-clés économie