Clicky

Quand un astronome redécouvre Mars et pense qu’il s’agit d’une nouvelle étoile

Pendant un moment, Peter Dunsby, un professeur de l’université du Cap, a cru découvrir une nouvelle étoile. Selon ses affirmations : « C’était comparable aux étoiles les plus brillantes dans le ciel et avait au moins une étoile de première magnitude. » Cette source lumineuse a été détectée par le professeur grâce à un télescope réfracteur de 80mm.

Le scientifique a aussitôt alerté ses pairs en publiant une note sur le Télégramme de l’Astronome. Il a indiqué ses observations ainsi que l’objet brillant qui est apparu entre les nébuleuses Lagoon et Trifid, dans la constellation du Sagittaire.

Son euphorie fut cependant de courte durée, moins de 40 minutes, car il s’est rendu compte de son erreur : « Le corps rapporté dans le télégramme 11448 a été identifié comme Mars. Nos sincères excuses pour le message précédent et le dérangement occasionné. »

Un tweet ironique a même félicité le professeur pour la découverte de Mars. Ceci étant dit, son cas n’est pas isolé dans le domaine.

Un Certificat d’honneur pour le professeur Dunsby

L’erreur du professeur lui a même valu un « Certificat d’Honneur » de la part du Télégramme des Astronomes. Il en a tiré une bonne leçon : toujours vérifier, revérifier plusieurs fois avant d’affirmer.

Le professeur à la faculté de mathématiques et de mathématiques appliquées à l’Université du Cap a aussi écrit de nombreux articles portant sur la cosmologie théorique et sur la théorie de la relativité en général. Il s’intéresse également aux problèmes d’hétérogénéité sur le rayonnement du cosmos. Comme de nombreux scientifiques avant lui, il s’est excité en voyant un objet brillant inhabituel dans le ciel.

Une erreur comme tant d’autres

Le professeur Dunsby n’est pas le seul à avoir commis des erreurs d’observation. C’était aussi le cas d’un astronome amateur qui avait cru découvrir une supernova en dessous du Grand carré de Pégase. Malheureusement pour lui, cette étoile s’était avérée être Saturne.

Avec un minimum de sens de l’observation, vous pouvez apercevoir Mercure et Vénus au crépuscule. Jupiter et Saturne pour leur part sont visibles dès l’aube. Pour observer Uranus, il faut disposer de jumelles ou d’un télescope.

Espérons que cette leçon n’aurait pas découragé le professeur Dunsby !

Mots-clés astronomiemars

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !